Le Cirque de la Fontaine Salée
miod > crapahutage > Le Cirque de la Fontaine Salée
Mes précédentes pérégrinations au Puy de Sancy avaient été l'occasion de montrer le Cirque de la Fontaine Salée, vue d'en haut. Cette fois-ci, je vais réaliser une boucle qui le traverse, afin de le voir également d'en bas. Une partie de l'itinéraire est redondante avec celui au départ du Roc de Courlande, mais ici la boucle s'effectue dans l'autre sens, et le Roc de Courlande n'est gravi qu'en toute fin de randonnée.

Environ 13 km en 5 heures et demie (pauses comprises).

Itinéraire emprunté

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accès à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Départ au niveau de la « pierre de l'aigle », deux virages avant le Roc de Courlande, sur la route de Chastreix à la station de Chastreix-Sancy. Un autre panneau y décrit un « sentier du Cirque de la Fontaine Salée », qui traverse la forêt de la Montagne du Mont jusqu'au bord du cirque, mais sans y pénétrer. Mon itinéraire va emprunter plusieurs sections de ce sentier, mais en restant en lisière de la forêt.
D'ailleurs, lorsque le sentier balisé s'apprête à franchir un portillon et s'enfoncer dans la forêt, je continue à angle droit sur un sentier qui s'élève rapidement et me permet de voir, dans une brume légère, le Puy Gros (au centre) ainsi qu'une partie du Puy Ferrand (à gauche).
Je monte dans la direction de cet affleurement rocheux à la pointe sud-ouest du Mont Redon.
Le sentier va cependant s'arrêter bien avant d'atteindre la roche...
...pour continuer vers la droite pour la longer en contrebas.
Je garde le Puy Gros en ligne de mire. Plus à droite, la Montagne Haute en contrebas du Puy Gros, et le Puy de Paillaret au loin.
Ayant progressé un peu, le Puy Ferrand réapparaît à gauche du Puy Gros, et le Puy de Sancy est visible pour la première fois, à gauche du Puy Ferrand.
J'arrive aux ruines du Buron du Roc de Tuile.
Le chemin continue en direction de la forêt de la Montagne du Mont, et je vais rester en lisière.
En longeant la forêt, cette fois-ci c'est le Puy de Sancy qui est en ligne de mire...
...ainsi que le Pas de l'Âne qui apparaît sur la gauche.
J'ai hâte d'atteindre la limite est de la forêt, la vue promet d'être grandiose (malgré cette mouche sur mon objectif...)
M'y voilà ! Devant moi s'étale le Cirque de la Fontaine Salée, fermé en face de moi par le Puy Gros. Sur la gauche, le Puy de Sancy et le Pas de l'Âne.
En regardant un peu plus à gauche, vers le nord, on distingue également le Puy Redon, à gauche du Pas de l'Âne.
À droite du Puy Gros, la Montagne Haute, vers laquelle je vais me diriger.
Le Cirque de la Fontaine Salée est parsemé de « blocs erratiques » transportés par le glacier qui l'occupait lors des dernières ères glaciaires.
J'ai pensé à passer un coup de chiffon sur mon objectif, la mouche au centre a disparu, c'est le moment de refaire une photo de famille avec le Puy de Sancy et le Puy Gros.
Gros plan sur le Puy de Sancy.
Gros plan sur le Puy Gros.
Encore des blocs erratiques.
Je me dirige vers le sud-est afin de pouvoir franchir les ruisseaux, qui vont rejoindre les eaux de la Trentaine peu avant qu'elle ne devienne la Tarentaine, qui elle-même rejoindra la Petite Rhue, puis la Dordogne. En regardant derrière moi, voici une vue du cirque avec quelques blocs erratiques.
Encore un gros plan sur le Puy de Sancy.
Encore un gros plan sur le Puy Gros.
Les ruisseaux sont nombreux et le sol est sans doute plutôt boueux ou marécageux, ces planches sont les bienvenues pour protéger le sol ainsi que les chaussures des randonneurs. Mais attention aux planches vermoulues !
Après quelques dizaines de mètres de planches, le sentier retrouve une terre plus ferme en rejoignant le GR30. Celui-ci part vers l'est en s'élevant, à l'assaut de la Montagne Haute. Me retournant, voici la forêt de la Montagne du Mont, que j'avais contournée.
Le printemps n'est pas encore arrivé jusqu'ici, ce qui me permet de garder l'oeil sur le Puy Gros...
...du moins jusqu'à ce que les arbres commencent à me masquer la vue du cirque.
Mais il me suffit de m'élever un peu pour voir tous les reliefs barrant le cirque au nord : de gauche à droite, le Puy de Chabane, le Puy Redon, le Pas de l'Âne, le Puy de Sancy et le Puy Gros.
Bien plus à gauche du Puy de Chabanne, on distingue même le sommet arrondi du Mont Redon (petite bosse plus sombre sous la partie gauche du nuage).
Je continue mon ascension vers la Montagne Haute.
La pente faiblit alors que je m'approche de la crête.
C'est l'occasion de jeter un coup d'oeil au Cirque de la Fontaine Salée.
Au moment d'atteindre la crête, le Puy de Paillaret commence à apparaître au loin.
Le chemin prend alors la direction du nord et du Puy Gros, ici quelque peu masqué par la Montagne Haute elle-même.
Quelques rochers montent la garde, sur la Montagne Haute.
Me voilà de nouveau en vue du Puy Gros. Celui-ci masque le Puy de Sancy (dont les Aiguilles du Diable sont tout de même visibles par un oeil averti), mais pas le Pas de l'Âne à gauche. À droite du Puy Gros, une partie du Puy Ferrand et, tout à droite, le Puy de la Perdrix.
Sur ma droite, le Puy de Paillaret et les rochers de la Montagne Haute.
Sur ma gauche, le Cirque de la Fontaine Salée a disparu, mais pas, de gauche à droite : le Mont Redon, le Puy de Chabane, la Tour Carrée (tout juste visible), le Puy Redon et le Pas de l'Âne.
Je continue en direction du Puy Gros.
Celui-ci n'a plus l'air aussi impressionnant, maintenant que son sommet n'est qu'environ cent cinquante mètres plus haut que moi.
Encore une vue du Puy de Paillaret. L'itinéraire initialement prévu devrait me conduire au Col du Couhay qui se trouve à sa gauche, au niveau des téléskis, avant d'obliquer à gauche pour revenir vers le Puy Gros...
...mais celui-ci est si proche que je prends la décision d'en effectuer l'ascension sans détour.
Je ne vais cependant pas le prendre d'assaut tout de suite par l'arête sud...
...mais le contourner un peu par l'est, pour commencer...
...histoire de profiter d'un peu de neige sur le chemin.
Le Puy Gros.
Le Puy de Paillaret.
Au sud, le Lac Chauvet dans la brume.
Je m'éloigne du GR30. Le Rocher des Trois Filles devient visible, sur la droite, alors que le sommet du Puy Gros semble s'arrondir.
J'envisage dans un premier temps de rejoindre le creux séparant le Puy Gros du Rocher des Trois Filles, mais j'y aperçois des skieurs qui descendent le long du couloir de neige restant...
...je décide alors de revenir vers l'arête sud par une draille, bien visible sur la gauche.
En suivant la draille, je surprend, à bonne distance, un chamois.


Celui-ci finit par s'apercevoir de ma présence.
Bien que je reste à distance, après un temps d'hésitation, le chamois s'éclipse.
Je peux reporter mon attention sur l'ascension, et cela passe par rejoindre ces rochers qui sont proches de l'arête sud.
La photo précédente ne rendait pas justice à la pente, qui est tout de même prononcée.
J'y suis presque, mais ce serait une erreur de croire le sommet tout proche...
...car tous ces rochers le masquent !
En effet, ce chemin ne fait que rejoindre l'arête sud...
...et le sommet est encore une trentaine de mètres d'altitude plus haut, je n'ai plus qu'à suivre les rochers.
De cette arête, je surplombe le Cirque de la Fontaine Salée. Sur la gauche, la forêt de la Montagne du Mont que j'ai longée un peu plus tôt. Sur la droite, le grand plateau du Mont Redon, dont dépasse à peine le Rocher de Courlande.
Variante de l'arbre qui cache la forêt : le rocher qui cache le sommet.
Celui-ci est encore quelques mètres plus loin.
M'y voilà, le cairn sommital est en vue ! Ainsi que le Puy de Sancy.
Du sommet du Puy Gros, vers le nord, le Puy de Sancy. À gauche, le Pas de l'Âne et le Puy Redon ; à droite, le Col de la Cabane.
En me tournant vers le nord-est, le Col de la Cabane, le Puy Ferrand, et le Puy de la Perdrix au loin à droite. Devant le Puy Ferrand, le Rocher des Trois Filles.
Vers l'est, le Puy de la Perdrix, le Col du Couhay et une partie du Puy de Paillaret.
Au sud-est, le Puy de Paillaret en entier.
Au sud, un peu plus de 6 kilomètres à vol d'oiseau, le Lac Chauvet, toujours dans la brume.
Côté ouest, le Mont Redon, le Puy de Chabane, la Tour Carrée un peu mieux visible que tout à l'heure, et le Puy Redon.
Enfin, dans la direction du nord-ouest, les mêmes, sauf le Mont Redon, et le Pas de l'Âne et le Puy de Sancy.
Je redescends vers le Rocher des Trois Filles.
Si vous ne savez plus où se trouve le Puy de Sancy, vous pouvez faire confiance à ce rocher indicateur !
Encore une vue du Puy de Sancy, dont le flanc nord est bien abrupt.
Gros plan sur les Aiguilles du Diable et le sommet du Puy de Sancy.
Je m'arrête le temps d'enfiler mes crampons avant de franchir ce névé...
...et comme la neige est encore gelée en surface, ils ne sont pas de trop. Devant moi, le Rocher des Trois Filles.
Encore une vue du Puy de Sancy, pour changer.
Le Rocher des Trois Filles. Par flemme de déchausser les crampons, au lieu de reprendre le chemin, je vais rester sur la neige et le contourner par la gauche.
Derrière moi, le sommet du Puy Gros.
J'approche des flancs du Puy Ferrand et vais rejoindre le chemin allant du Col du Couhay (par lequel j'étais censé arriver) au Col de la Cabane.
Je m'éloigne du Puys Gros...
...et je me rapproche du Puy de Sancy. Visiblement, les crampons me seront également utiles dans son ascension.
Me voici au Col de la Cabane. Je n'irai pas au Puy Ferrand...
...ni au nord-est au Pan de la Grange et au Puy de Cacadogne.
Au centre, le Roc de Cuzeau ; à droite, le Puy de Cacadogne ainsi qu'une partie du Pan de la Grange. Le Puy des Crebasses dépasse légèrement à gauche du Puy de Cacadogne. Derrière le Roc de Cuzeau, à gauche, le Puy de l'Angle.
Le Puy de Sancy et le bâtiment du téléphérique.
Derrière moi, le Rocher des Trois Filles et le Puy Gros.
L'ascension sur le chemin plus qu'enneigé est quelque peu délicate. Les crampons aident beaucoup, cependant d'autres personnes devant moi arriveront (prudemment) au sommet sans équipement particulier. Malgré les cent mètres de dénivellée entre le Col de la Cabane et le sommet du Puy de Sancy, celui-ci est vite en vue. M'y voilà presque.
Depuis le sommet, je prends le temps de me rincer l'oeil en profitant de la vue dans toutes les directions.
Pour commencer, le Cirque de la Fontaine Salée, en contrebas.
Le Puy Ferrand au centre, avec le Puy de la Perdrix à droite et le Pan de la Grange à gauche.
Le Pan de la Grange au centre, avec le Puy de Cacadogne et le Puy des Crebasses à gauche. Derrière le Pan de la Grange et légèrement plus à droite, le Puy de Champgourdeix en foncé.
Le Roc de Cuzeau au centre, avec le Puy des Crebasses et le Puy de Cacadogne à droite, et le Puy de l'Angle derrière le Roc de Cuzeau à gauche. Mais aussi, tout à gauche, le bâtiment du téléphérique, et la ville du Mont-Dore en contrebas, derrière.
Le Pas de l'Âne, qui se confond avec la crête joignant la Tour Carrée (à gauche) et le Puy de Cliergue (à droite). On distingue aussi, derrière le bâtiment du téléphérique, un peu à gauche, le Capucin.
Une vue sur les Aiguilles du Diable en descendant. Un oeil averti remarquera également la présence du Roc de Courlande, au loin à droite.
Encore les Aiguilles du Diable.
Le Pas de l'Âne.
Encore un fragment d'Aiguille du Diable. Mais aussi le Roc de Courlande dans son prolongement, et le Pas de l'Âne à droite.
Le Cirque de la Fontaine Salée. Hélas, toujours de la brume au loin.
Je me rends sur la petite bosse voisine du Pas de l'Âne afin d'y faire une pause collation tranquille. Devant moi, le Pas de l'Âne (et à droite, le Roc de Courlande et le Puy de Chabane).
Le Pas de l'Âne, le Puy de Chabane, la Tour Carrée, le Puy Redon.
La Tour Carrée, le Puy Redon, le Puy de Cliergue, le Capucin.
Le Puy de l'Angle, le Roc de Cuzeau, le Puy des Crebasses, le Puy de Cacadogne.
Le Puy Ferrand, le Puy de Sancy. Et le Puy Gros, à droite, dans le prolongement de la pente des Aiguilles du Diable.
Les Aiguilles du Diable, en redescendant vers le Col de Courre. Le Puy Gros se détache mieux.
Le Cirque de la Fontaine Salée. Au fond, en vert foncé, la forêt de la Montagne du Mont.
Le sentier, entre le Pas de l'Âne et le Col de Courre, est extrêmement boueux, la neige ayant presque fondu en totalité. La progression est encore plus pénible (et ralentie) que par temps sec, et ne me donne pas trop envie de photographier les alentours, tout occupé que je suis à chercher où marcher afin de m'enfoncer le moins possible dans la boue...
Sur le point d'arriver au Col de Courre, j'ai devant moi le Puy de Chabane.
Après avoir passé le Col de Courre, je passe en contrebas de la Tour Carrée.
Derrière moi, le Puy Redon, le Pas de l'Âne, le Puy de Sancy et le Puy Gros.
Après avoir longé le Puy de Chabane, je m'offre un détour par les pistes de ski de la Chambasse au lieu de rester sur l'itinéraire prévu, histoire de faire l'idiot sur le peu de neige qui reste (et aussi en profiter pour éliminer la boue de mes chaussures et de mes jambes de pantalon, avec plus ou moins de réussite).
Mais je dois rapidement revenir vers le bon chemin et le Mont Redon. Bien entendu, impossible de rater le Roc de Courlande.
En contrebas, au nord, la station de sports d'hiver de Chastreix-Sancy (ainsi que la Banne d'Ordanche, au loin, sur la droite).
Encore un petit effort pour passer par le sommet du Mont Redon.
Derrière moi, le Puy Redon, le Pas de l'Âne, le Puy de Sancy, le Puy Ferrand, le Puy Gros et le Puy de Paillaret ne vont pas tarder à disparaître.
Étape suivante : le Roc de Courlande.
La croix au sommet devient visible.
Je suis presque au bout de l'ascension du Roc de Courlande.
En voici la croix !
Depuis le sommet du Roc de Courlande, je peux encore distinguer le Pas de l'Âne et le Puy de Sancy, ainsi que le Puy Gros tout à droite, dépassant juste du Mont Redon. Sur la gauche, le plateau est le Puy de Cliergue.
L'autre côté de la croix. Notez la présence de tenailles et d'un marteau, qui en font une « croix de la passion », bien qu'il n'y ait pas de représentation du Christ sur cette croix...
Il ne me reste plus qu'à redescendre vers mon point de départ, en passant tout de même par les trois statues sur le chemin.
En voici une...
...une deuxième...
...et une troisième.