Du Pas de Peyrol au Puy Violent
miod > crapahutage > du Pas de Peyrol au Puy Violent
Je souhaitais visiter le Roc d'Hozières et sa complice la Roche Taillade, ainsi que le Puy Violent, lors d'une même sortie. Plusieurs itinéraires sont possibles, le plus connu effectuant une boucle autour du Fau en passant par Chavaspre. Il existe aussi une boucle autour de Récusset, et un aller-retour depuis la croix des Vachers.

Compte tenu de la chaleur de cet été, j'ai opté pour un itinéraire en aller-retour, certes beaucoup plus long, mais qui a le mérite de ne pas beaucoup varier en altitude : une patrouille à la côte 1600, en quelque sorte.

C'est ainsi que je suis parti du Pas de Peyrol, rejoindre le Col de Redondet, puis le Roc d'Hozières et la Roche Taillade, avant de continuer vers le Roc des Ombres, passer la brèche d'Enfloquet, pousser jusqu'au Puy Violent, et retour.

Malgré une température agréable de 12 degrés le matin, celle-ci a frôlé avec les 30 degrés toute l'après-midi, m'obligeant à boire quatre litres d'eau (avec un remplissage depuis une source proche d'Enfloquet).

Tout juste 21 km en 8 heures et demie (pauses hydratation et collation comprises).

Zone arpentée

Itinéraire emprunté

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accès à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Départ du Pas de Peyrol peu après 8h30. Le soleil est déjà haut dans le ciel, mais pas assez pour ne pas laisser le versant sud-ouest du Puy Mary à l'ombre.
Heureusement, les reliefs vers lesquels je me dirige sont déjà baignés par le soleil. Si l'on voit ici l'ombre du Puy Mary au centre, celle du Petit Puy Mary à gauche n'atteint plus la Roche Noire. Au centre, la Chapeloune, et le Puy Chavaroche au loin.
Plus à droite, la Roche Taillade, le Roc d'Hozières, et le Roc des Ombres.
Gros plan sur la Chapeloune.
Gros plan sur la Roche Taillade et le Roc d'Hozières.
Gros plan sur le Roc des Ombres.
Le chemin me conduit vers le pied de la Roche Noire.
Gros plan sur le Petit Puy Mary.
Gros plan sur la Roche Noire.
Encore une vue de la Roche Taillade, du Roc d'Hozières et du Roc des Ombres. À droite, le rocher émergeant de la forêt est le Roc du Merle.
Derrière la Roche Taillade, sur la gauche, le Puy d'Orset apparaît également.
J'approche de la Roche Noire. De cette position, la bosse au sommet de la Chapeloune n'est plus visible.
Le chemin s'apprête à descendre pour passer au pied de la Roche Noire.
Face à la Roche Noire, la verdoyante vallée du Mars. Au centre, au loin, le Suc de Rond. Tout à gauche, le Roc des Ombres, et tout à droite, les contreforts du Puy de la Tourte, qui en masquent le sommet.
Gros plan (quelque peu brumeux) sur le Suc de Rond.
Le chemin traverse maintenant une zone boisée autour du pied de la Roche Noire.
Laquelle se trouve à peine plus haut.
Je vais la longer pour la contourner.
Une fois la Roche Noire passée, j'ai la Chapeloune en ligne de mire.
Au loin, en plus du Suc de Rond sur la gauche, apparaît le Rocher de l'Aygue sur la droite.
Le chemin est parfois à peine visible à travers la végétation plutôt dense.
Après le Rocher de l'Aygue, c'est au tour du Suc Gros de devenir visible, sur la droite.
Gros plan sur le Suc de Rond, le Rocher de l'Aygue et le Suc Gros.
Gros plan sur le Suc de Rond.
Gros plan sur le Rocher de l'Aygue.
Gros plan sur le Suc Gros.
J'approche du col de Redondet, il n'y a plus rien pour me dissimuler la Chapeloune.
M'étant quelque peu élevé depuis la Roche Noire, le sommet du Puy de la Tourte devient tout juste visible.
Me voici au col de Redondet. Du col, des reliefs situés plus à l'est deviennent visibles, mais ils sont encore, pour la plupart, en contrejour.
Vers le sud-est, au centre, l'Élancèze et sur la droite, le Courpou Sauvage. Tout à gauche, le Puy de l'Usclade.
Vers l'est, les reliefs ne sont pas encore assez nets. Outre le sommet de la Roche Noire à gauche, on distingue tout de même le Puy Griou au centre, et le Puy de l'Usclade à droite. À gauche du Puy Griou au loin, la petite bosse formée par le Plomb du Cantal.
Face à moi, la Chapeloune, ainsi que le chemin menant du col (routier) de Redondet au col (pédestre) de Redondet, en direction du Puy Chavaroche.
J'emprunte un autre chemin, sur la droite, qui contourne la Chapeloune par l'ouest.
Vivement le retour, que ce panorama ne soit plus à contrejour !
Vu d'ici, le sommet du Puy de la Tourte est bien visible.
Gras plan sur le Puy de la Tourte.
La Roche Taillade, le Roc d'Hozières et le Roc des Ombres ne sont pas loin.
Parmi les reliefs à contrejour, le Puy de Peyre Arse fait son apparition, entre le Puy Mary et le Petit Puy Mary.
Je m'écarte du sentier pour suivre un mince tracé en direction du sommet.
Sur ma droite, je ne vois pour l'instant plus que le haut de la Roche Taillade et du Roc d'Hozières, mais derrière eux, à gauche du Roc des Ombres, se dévoile la brèche d'Enfloquet. Le Puy Violent est encore masqué par des reliefs intermédiaires.
La même vue, après être monté un peu plus.
J'arrive en vue du sommet de la Chapeloune. Au loin à gauche, le Puy Chavaroche.
Me voici presque au sommet !
Sans surprise, au sommet, il n'y a rien : ni croix, ni cairn, ni balise.
Un petit avion vient déranger le calme ambiant en survolant la vallée du Rauffet. C'est l'occasion d'admirer ce ciel limpide.
Le sommet de la Chapeloune est coupé par une faille étroite. Du sommet de la première moitié, voici la deuxième moitié et le Puy Chavaroche.
Vers l'ouest, les reliefs du jour sont maintenant au complet : au premier plan, de gauche à droite, le Puy d'Orset, la Roche Taillade et le Roc d'Hozières ; au loin, de gauche à droite, le Puy Violent, la brèche d'Enfloquet et le Roc des Ombres. Et même le Roc du Merle.
La faille au sommet. Au loin, on reconnaît entre autres, le Puy de l'Usclade à gauche, et l'Élancèze à droite.
Le Puy Chavaroche, cette fois pris depuis la deuxième moitié du sommet. Au premier plan, le col de Redondet.
Je descends en direction de la Roche Taillade.
Je retrouve le tracé du GR 400.
Gros plan sur le Puy d'Orset, et la vallée du Rauffet.
Entre le Puy d'Orset et la Roche Taillade, au loin, le Puy Violent.
Derrière-moi, sur l'autre flanc de la vallée du Rauffet, le Puy Chavaroche, ainsi que la Roche Parlante à droite en contrebas.
Gros plan sur le Roc d'Hozières. Le Roc des Ombres est également visible à gauche.
Gros plan sur le Puy d'Orset.
Gros plan sur la Roche Taillade.
La vallée du Rauffet.
J'approche de la Roche Taillade, que je vais contourner en direction du Roc d'Hozières.
Son aspect tourmenté et tailladé n'est sans doute pas étranger à son nom.
Le Roc d'Hozières.
Je continue de longer la Roche Taillade.
Derrière moi, le Puy Mary mais aussi la Chapeloune, à contrejour.
Toujours la Roche Taillade.
Gros plan de la partie gauche de la vue précédente. Remarquez les tracés étrangement courbés, voire circulaire, des failles dans la roche.
Il y a d'ailleurs une marque similaire dans le Roc d'Hozières, et qui vue d'ici me fait penser à une cible, au centre, juste sous une zone de végétation.
Pour votre collection de formes toujours plus tourmentées : encore la Roche Taillade.
Devinez ? La Roche Taillade.
L'extrêmité nord de la Roche Taillade.
Le Roc d'Hozières. Tout à droite, le sommet du Puy de la Tourte.
Je suis arrivé au col séparant la Roche Taillade du Roc d'Hozières. Plus loin, m'attendent le Puy Violent, la brèche d'Enfloquet et le Roc des Ombres.
Tandis que le chemin continue en contournant le Roc d'Hozières sur la gauche, un chemin au centre, invite à gravir les quelques dizaines de mètres menant à son sommet.
Me retournant, un autre sentier m'invite à en faire de même, pour la Roche Taillade. C'est lui que je vais emprunter en premier.
Ce sentier, bien qu'étroit, est bien visible. Sa forte pente me rappelle l'ascension du Puy Mary.
Profitant d'une pause pendant la montée, voici le Roc d'Hozières et le Puy de la Tourte.
Plus à l'ouest, de droite à gauche : le Roc des Ombres, la brèche d'Enfloquet, le Puy Violent.
Et aussi l'ombre du zigoto qui prend la photo.
Je ne suis plus très loin du sommet de la Roche Taillade.
Bien sûr, c'est un sommet en trompe-l'oeil, il va falloir monter encore un peu. À droite, le Puy d'Orset.
Gros plan sur le Puy d'Orset.
Cette fois-ci, c'est la bonne ! Au loin à gauche, la Chapeloune.
Le Roc d'Hozières et, derrière, de gauche à droite, le Suc de Rond, le Rocher de l'Aygue, le Suc Gros et le Suc de la Blatte.
Je suis pour ainsi dire au sommet.
Au bord de l'à-pic, le chemin par lequel je suis arrivé, et la Chapeloune.
Plus à droite, le Puy Chavaroche.
Attention à ne pas marcher trop près du bord, d'autant plus qu'il y a du vent.
La Chapeloune et le Puy Chavaroche.
Le Roc d'Hozières dépassant de la Roche Taillade.
Le Puy d'Orset. À gauche, la vallée du Rauffet ; à droite, la vallée de l'Aspre.
La vallée du Rauffet. Tout à gauche, le Puy Chavaroche, et au centre, la Roche Parlante.
Gros plan sur la Roche Parlante.
Gros plan sur le Puy Chavaroche.
Gros plan sur la Chapeloune. Juste à gauche, le Plomb du Cantal.
Gros plan sur le Puy de la Tourte.
Gros plan sur le Roc d'Hozières.
Un dernier coup d'oeil au Puy d'Orset avant de redescendre.
Gros plan sur l'extrêmité de la crête du Puy d'Orset.
Gros plan sur le Puy d'Orset proprement dit.
C'est parti pour l'ascension du Roc d'Hozières.
Je ne passe pas loin de cette superbe table en roc massif.
L'ascension n'est pas toujours aisée, il y a beaucoup d'érosion sur le chemin.
La Roche Taillade (et le Puy d'Orset à droite) vue depuis la montée.
Avant d'être parvenu au sommet, je croise le chemin par lequel je vais redescendre, et j'en profite pour vous faire profiter de la vue vers l'ouest, du Puy Violent au Roc des Ombres.
Gros plan sur le Roc des Ombres.
Gros plan sur la brèche d'Enfloquet.
Gros plan sur le Puy Violent. Contrairement aux apparences, le relief plutôt bombé à gauche se trouve avant lui, sur le chemin.
J'approche du sommet.
Plus que quelques rochers à passer.
Le sommet ne porte aucune marque. La vue est dégagée vers la Chapeloune et le Puy Chavaroche.
Et bien évidemment vers la Roche Taillade et le Puy d'Orset.
La crête du Puy Violent au Roc des Ombres.
Une vue un peu dégagée sur la Chapeloune et le Puy Chavaroche.
Encore un peu à contrejour, le Puy Mary et le Petit Puy Mary, mais aussi le Puy de Peyre Arse derrière à gauche, et le Puy Griou à droite.
Le Puy de la Tourte.
Le Rocher de l'Aygue, le Suc Gros, le Suc de la Blatte et le Puy de la Tourte.
Le Suc de Rond.
Je m'approche du bord pour chercher à photographier l'à-pic, mais comme le sommet est un peu plus arrondi, c'est quelque peu peine perdue.
Je suis obligé de descendre un peu, prudemment, et je n'ai guère que cette vue à vous proposer pour vous donner le vertige.
Une dernière vue sur le Puy de Peyre Arse, avant de redescendre.
Et maintenant, direction le Roc des Ombres !
Le Roc du Merle, peu visible, et une excroissance rocheuse toute proche.
Derrière moi, la Roche Taillade et le Puy d'Orset.
La vallée de l'Aspre. Au centre, les ruines de Chavaspre.
Je m'approche lentement du Roc des Ombres.
Je laisse derrière moi un éboulis sur le flanc du Roc d'Hozières.
D'un peu plus loin, un plan plus large sur cet éboulis.
Gros plan sur la partie gauche de la paroi. Je suis impressionné par les arbres qui sont parvenus à pousser au bord du vide.
La vallée de l'Aspre.
Le Roc des Ombres.
Un troupeau de vaches est en train de bronzer au soleil.
Gros plan sur ces vaches.
C'est parti pour l'ascension du Roc des Ombres.
Je vais passer à droite de ces excroissances.
Derrière moi, je laisse le Roc d'Hozières, la Roche Taillade et le Puy d'Orset, mais aussi plus loin, la Chapeloune et le Puy Chavaroche. Notez les profonds sillons tracés par les multiples sources de l'Aspre.
Le col, juste à droite des rochers, est en vue.
J'y suis ! Face à moi, la brèche d'Enfloquet au centre, et le sommet du Roc des Ombres à droite.
Sur ma gauche, cette proéminence rocheuse toute proche, que je vais m'empresser de gravir avant de continuer.
Une fois au sommet, le chemin m'invite à rejoindre l'excroissance suivante...
...puis la suivante...
...et s'y arrête.
De cet endroit, je surplombe la vallée de l'Aspre.
Les reliefs derrière la brèche d'Enfloquet me cachent le Puy Violent. Au centre, les ruines sont justement celles d'Enfloquet.
Je fais demi-tour vers le Roc des Ombres.
La brèche d'Enfloquet et le Roc des Ombres.
Le chemin ne monte pas au Roc des Ombres et file vers la brèche. Je repère une sente de chèvre qui semble y monter et me dirige vers la crête.
Mon choix était bon, me voici en approche du sommet.
Le sommet du Roc des Ombres.
Seul cet assemblage de pierres vient matérialiser le sommet.
La brèche d'Enfloquet vue du sommet du Roc des Ombres. À gauche de la brèche, la vallée de l'Aspre ; à droite de la brèche, la vallée de la Maronne...
...ainsi que la vallée du Mars, derrière cette crête qui mène au col de Néronne.
Vue plus large sur ladite crête, avec vers le centre, le Roc de Labro (boisé à droite) et le col de Néronne juste à gauche. Au creux de la vallée de la Maronne, au centre, Récusset.
Je progresse le long du Roc des Ombres. Voici une vue un peu plus dégagée de la bréche d'Enfloquet.
Et une encore meilleure ! À ce stade, la crête devient plus étroite et tourmentée, je descends précautionneusement pour revenir au sentier qui passe en contrebas, un peu plus à gauche.
Me voici presque au sentier. La brèche d'Enfloquet me fait face.
Le sommet de la brèche d'Enfloquet, côté est.
Le sentier traverse la brèche une première fois, passant du côté Aspre au cÔté Maronne.
Je longe la brèche, qui n'est pas sans rappeler quelque peu la Roche Taillade.
Derrière la clôture, des sentiers invitent à rester de ce côté. Mais je ne vais pas tarder à retraverser la brèche.
Derrière moi, le sommet du Roc des Ombres.
Le Suc de Rond, le Rocher de l'Aygue, le Suc Gros. Et au loin, entre le Suc de Rond et le Rocher de l'Aygue, les reliefs du Cézallier.
Je traverse une nouvelle fois la brèche d'Enfloquet.
Le chemin continue en direction des ruines d'Enfloquet.
Un autre troupeau de vaches monte la garde.
Le chemin remonte lentement.
Les ruines d'Enfloquet en contrebas, la crête du Puy d'Orset en face, et celle du Puy Chavaroche au loin.
Je ne vais pas tarder à atteindre une crête.
D'ailleurs, le Puy Violent apparaît de nouveau au loin.
Vous souvenez-vous du relief plutôt bombé, sur lequel j'avais attiré votre attention en indiquant qu'il se trouvait avant le Puy Violent sur le chemin ? Le voici de nouveau, et vu d'ici il est clair qu'il précède le Puy Violent sur le chemin.
Le Roc de Labro et le col de Néronne.
Cette crête sur ma gauche, au centre, sépare la vallée de l'Aspre, à gauche, de la vallée du Rat, à droite, un affluent de la Maronne.
La vallée de l'Aspre. Au fond de la vallée, la Bastide.
La vallée du Rat, totalement invisible puisque masquée par le relief, dont le Puy Violent tout à droite.
Le Puy Violent.
Le Puy Violent, vu du sommet du relief bombé intermédiaire.
Vers la fin de l'ascension du Puy Violent.
Le sommet est tout proche !
Il s'y trouve une borne géodésique, et une pancarte toute récente, qui n'était pas présente à l'été 2018 (pas plus que les piquets et la ficelle, d'ailleurs).
La borne, quant à elle, est là depuis 1946, s'il faut croire ce qui y est gravé.
La vallée de la Maronne et Récusset.
Au centre, le Roc de Labro et le col de Néronne.
L'aval de la vallée de la Maronne. Au centre, Lesmaronies.
En contrebas du Puy Violent, au centre, la Cumine. À gauche, la vallée du Rat.
Vers l'est, on distingue le Puy Mary et le Puy Chavaroche. Mais aussi, peu contrastés, le Puy de la Tourte, le Puy de Peyre Arse, le Roc d'Hozières, la Roche Taillade, la Chapeloune et le Puy d'Orset. Ainsi que le Plomb du Cantal entre la Chapeloune et le Puy d'Orset.
Je redescends par l'ouest, où les poteaux et cordages délimitant le chemin sont tout aussi récents que la pancarte au sommet et bienvenus, compte tenu de l'érosion sur ce flanc.
Un comité d'accueil est en place pour me recevoir à la fin de la descente.
Une fois en bas, je fais demi-tour pour revenir au Pas de Peyrol. Je longe ce petit relief au sud du Puy Violent.
Le Puy Violent, à ma gauche, n'a pas l'air si abrupt, tout d'un coup...
Je me dirige vers le relief bombé. Au loin, le Puy Mary joue à cache-cache avec la crête de l'Impramau qui occupe toute la moitié gauche du champ.
L'Impramau. Tout à gauche de sa crête, le Roc Brin. Cette zone boisée en contrebas est le Cirque des Sept Fontaines : les sources du ruisseau de la Bouige, l'un des premiers affluents de la Maronne (dont les sources se trouvent de l'autre côté de l'Impramau).
Le chemin semble inviter à suivre la crête de l'Impramau vers la gauche. Pour rejoindre la brèche d'Enfloquet, il faut passer à droite du parcage en bois.
Ce faisant, le panorama s'enrichit : Puy de Peyre Arse, Puy Mary, Roc d'Hozières, Roche Taillade, Chapeloune, Puy d'Orset.
Impramau, morne plaine...
Le Roc de Labro et l'Impramau.
Ici, pour rejoindre la brèche d'Enfloquet, il convient de cesser de longer la clôture et prendre à droite en suivant les traces. Un balisage bleu, peu visible, vient confirmer ce chemin.
Le début de la brèche d'Enfloquet devient tout juste visible, avec le Puy de la Tourte à droite, puis le Roc des Ombres.
Je repasse au-dessus des ruines d'Enfloquet. Là aussi, il y a des brèches...
La brèche d'Enfloquet et le Roc des Ombres.
J'approche du premier franchissement de la brèche d'Enfloquet.
On dirait la Roche Taillade, en plus compact.
Le Roc des Ombres.
Je franchis la brèche une deuxième fois, elle n'a pas trop changé depuis tout à l'heure...
Il ne me reste plus qu'à remonter vers le col, avant de descendre vers le Roc d'Hozières.
Le Puy de la Tourte à l'ombre des nuages et le Puy Mary. Derrière, le Puy de Peyre Arse. À droite du Petit Puy Mary dans l'ombre, le Puy Griou.
En pivotant légèrement sur la droite : le Roc d'Hozières et la Roche Taillade ; derrière, la Chapeloune (dans l'ombre) et le Puy Chavaroche ; et bien sûr le Puy de Peyre Arse et le Puy Mary à gauche. Notez également la bosse du Plomb du Cantal et le Puy Griou.
Le Puy de Peyre Arse, le Puy Mary, le Petit Puy Mary et le Puy Griou, au soleil.
Je repasse à proximité des vaches en train de bronzer. Au fond, la crête du Puy d'Orset.
Alors que les nuages se multiplient, je continue vers le Roc d'Hozières.
La vallée de l'Aspre.
Le Roc d'Hozières.
« Éboulez-vous », qu'ils disaient... « Vous verrez du pays », qu'ils disaient...
Le Roc d'Hozières et la Roche Taillade.
La vallée de l'Aspre.
Cette fois-ci, je contourne la Roche Taillade par l'ouest.
Je laisse ce faisant derrière moi le flanc moins abrupt du Roc d'Hozières.
Le Puy d'Orset.
Ce flanc de la Roche Taillade est plus calme.
Encore la Roche Taillade.
Toujours la Roche Taillade.
Un petit air de paysage de western.
Gros plan.
Le Puy d'Orset.
Le même gros plan que précédemment, mais en ayant pivoté un peu.
Le Puy Chavaroche et la vallée du Rauffet.
Un dernier regard à la Roche Taillade...
...ainsi qu'au Roc d'Hozières.
Les deux réunis pour la photo souvenir.
En ligne de mire, la Chapeloune.
Gros plan sur la Chapeloune.
Cette fois-ci, j'emprunte le chemin qui contourne la Chapeloune par l'ouest.
Je passe en contrebas de cette excroissance de phonolithe...
...puis en contrebas de la Chapeloune proprement dit.
Sur ma gauche, la Roche Taillade et le Roc d'Hozières, mais aussi la brèche d'Enfloquet...
...et le Roc des Ombres qui dépasse maintenant sur la droite.
Un virage, et c'est le Puy Mary et le Petit Puy Mary qui me font face.
Descente vers le col de Redondet. Les reliefs ne sont plus à contrejour, on distingue donc toute la crête du Plomb du Cantal, ainsi que le Puy Griou et le Puy de l'Usclade.
Gros plan sur le Puy Griou, parce que, tout de même, j'ai une réputation à tenir. Juste devant, le Griounou.
Gros plan sur la Roche Noire.
Gros plan sur le Petit Puy Mary.
Je passe le col de Redondet et descend vers la Roche Noire.
De retour dans les bois.
La Chapeloune, la Roche Taillade, le Roc d'Hozières et le Roc des Ombres, désormais à contrejour.
Une dernière vue sur le Puy Mary pour finir.