Au Suc de Rond
miod > crapahutage > au Suc de Rond
Le Suc de Rond est un relief du nord-ouest du Cantal qui passe à peu près inaperçu. Il se situe au sud du plateau de Trizac, lorsque celui-ci rejoint les reliefs plus proches du Puy Mary et cesse donc d'être un plateau.

On peut le considérer comme l'équivalent du Puy de Niermont, mais une vallée plus à l'ouest : là où le Puy de Niermont domine Le Claux et la vallée de la Petite Rhue, le Suc de Rond domine Le Falgoux et les vallées du Mars et du Marilhou.

Partant du col d'Aulac (auquel il n'y a pas le feu), la route, au fur et à mesure des estives et burons rencontrés, perd de sa tenue, devient un chemin de terre, puis un sentier, et serpente jusqu'à l'insaisissable Suc de Rond.

Lorsque la durée du jour est longue (entre les deux équinoxes), le chemin invite à continuer jusqu'au Rocher de l'Aygue, le Suc de la Blatte, le Puy de la Tourte et rejoindre le Pas de Peyrol au pied du Puy Mary. En ce jour de l'an, et n'ayant pas pu rejoindre le col d'Aulac avant la fin de la matinée pour cause de conditions de circulations délicates (verglas), je suis allé jusqu'à la jonction avec le GR 400, entre le Suc de Rond et le Rocher de l'Aygue, avant de faire demi-tour. Ce n'est que partie remise !

14 km en un tout petit peu moins de 4 heures (pauses hydratation et collation comprises).

Zone arpentée

Itinéraire emprunté

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accès à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Le début du chemin, depuis le col d'Aulac, manque de pittoresque. On est encore sur le plateau de Trizac, après tout, et le chemin commence par se diriger vers l'est, sans progresser vers les reliefs.
Au bout de quelques centaines de mètres, la route tourne à angle droit et s'oriente enfin vers le sud-est. Sur ma droite, les reliefs de l'autre rive de la vallée du Mars, en contrejour. Au centre, le Puy Violent. À gauche, on distingue confusément le Roc des Ombres.
Ayant progressé un peu, tant en distance qu'en altitude, gros plan sur la crête du Roc des Ombres, hélas en contrejour. Tout à gauche, la Chapeloune légèrement fendue ; la Roche Taillade ; le Roc des Ombres ; et la brèche d'Enfloquet.
Quant à la direction du chemin, elle doit à terme conduire vers les reliefs au centre ; ceux-ci masquent le Suc de Rond.
Vers le nord, donc sur ma gauche, les Monts Dore jouent à cache-cache avec la ligne d'horizon, tantôt émergeants, tantôt masqués.
Gros plan sur les Monts Dore.
Au bout d'une montée, le Roc des Ombres en contrejour me fait face.
Alors que, sur ma gauche, je laisse de temps à autre une concrétion rocailleuse.
Si vous pensez que ce relief arrondi, sur la gauche, est le Suc de Rond, je suis au regret de vous dire que vous vous trompez. Comme beaucoup de reliefs intermédaires de la région, le Suc de Rond est un relief de Sisyphe : il ne peut être atteint, et même vu, avant d'avoir monté et descendu une infinité de reliefs tout proches et presque aussi hauts.
Gros plan sur ce qui cache le Suc de Rond.
En contrejour (le soleil est trop bas !), le Puy Violent.
Au nord-ouest, la vallée du Mars, piégeant encore un fond de brume. Sur la droite, la construction blanche qui paraît bien isolée est le restaurant du Col d'Aulac, et indique donc mon point de départ.
Au bout de la partie presque praticable du chemin, ce panneau d'installation récente. Ah ça, pour sûr, c'est une bonne montée qui m'attend. Je suis un peu en dessous de 1430 mètres d'altitude (donc 200 mètres au-dessus de mon point de départ), mais le Suc de Rond culmine 150 mètres plus haut...
Une meilleure vue de la vallée du Mars, toujours en train de retenir un nuage.
Le Puy Violent, un peu moins en contrejour.
Ce relief qui cache le Suc de Rond est tout proche désormais.
Avant de l'atteindre, je passe à proximité de ces ruines, et la lumière du soleil provoque quelques aberrations chromatiques sur l'image...
Un relief émerge au loin... serait-ce enfin le Suc de Rond ?
Au passage, les Monts Dore sont de nouveau visibles au nord.
Tandis qu'au sud-est, de nouveaux reliefs font leur apparition : le Puy de la Tourte, le Puy Mary, la Roche Noire (au pied de laquelle se trouve, par la perspective, un bâtiment, histoire de gâcher la vue) ; tout à droite, la Chapeloune, déjà vue auparavant, et reconnaissable car fendue en sous centre sous cet angle de vue.
La même vue, en prenant un peu de recul. À droite de la Chapeloune, le Puy Chavaroche, le Roc des Ombres et la brèche d'Enfloquet. Le Roc d'Hozières est à peine visible à cause du contrejour, juste à gauche du Puy Chavaroche.
Sous la brèche d'Enfloquet, des poches de neige ou de glace étincellent au soleil ; elles auront disparu au retour...
Le chemin monte, pour changer.
Sur la droite, un chemin évite le Suc de Rond. Il est tentant de l'emprunter, avec tous ces superbes reliefs en ligne de mire, et l'apparition du Puy de Peyre Arse et du Plomb du Cantal à gauche. Mais je ne me laisse pas distraire de mon objectif.
Me voilà enfin au Suc de Rond. Que trouve-t-on en son sommet ? Une croix, une balise géodésique, et une grande stèle. Tout à droite, peut-être un tumulus.
Voici la balise géodésique, tout ce qu'il y a de plus standard, pour ma collection.
À moins d'un mètre se trouve cette croix... ou stèle.
Quant à la grande stèle au centre, la voici.
Elle est effectivement toute récente.
Et voici le tumulus mentionné un peu plus tôt.
Quelle est la vue depuis le Suc de Rond ? Vers le nord, les Mont Dore, et à droite les monts du Cézallier ainsi qu'un reste de neige. En bonus, l'ombre du guignol qui prend la photo.
Gros plan sur les Monts Dore. De gauche à droite, au centre : Mont Redon, Tour Carrée, Puy Redon, Puy de Sancy, Puy Gros, Puy Ferrand, Puy de la Perdrix. Tout à droite, le Puy de Chambourguet.
Gros plan sur le Cézallier. Vers la gauche, le Mont Chamaroux. Vers la droite, le Signal du Luguet.
Vers le sud-est, le Puy de Niermont, au centre, légèrement sur la gauche ; derrière, la montagne de Golneuf et le Puy de Seycheuse (à droite). Encore plus à droite, au premier plan, le Rocher de l'Aygue.
Gros plan sur la montagne de Golneuf.
Gros plan sur le Puy de Seycheuse.
En continuant de tourner dans le sens des aiguilles d'une montre et en progressant vers le sud, sans surprise, le Puy de Peyre Arse. À sa droite, très loin, le Plomb du Cantal et le Puy Brunet nous font l'honneur de se rendre visibles. Devant le Puy de Peyre Arse, légèrement plus à droite, plus près et bien sûr moins haut, le Suc Gros.
En continuant de tourner, le Puy de la Tourte et le Puy Mary.
Plan large vers le sud. On reconnaît à nouveau le Puy de Peyre Arse, le Puy de la Tourte et le Puy Mary à gauche ; et à droite, la Chapeloune, le Puy Chavaroche, le Roc des Ombres, la brèche d'Enfloquet, et un artefact optique coloré à cause du soleil. Et le chemin qui nous invite à aller embrasser ces reliefs.
Gros plan sur le Puy de la Tourte, le Puy Mary, la Roche Noire, et la Chapeloune.
La Chapeloune, le col de Redondet, le Puy Chavaroche, le Roc d'Hozières, la Roche Taillade, la brèche d'Enfloquet.
Les mêmes, et le Puy Violent à droite.
Gros plan sur le Puy Violent. À droite, la Cumine.
Vers l'ouest, la vallée du Mars.
Au sommet, un autre petit tumulus.
Vers le nord-ouest, la vallée du Mars à gauche, et celle du Marilhou à droite, qui prend naissance tout près du col d'Aulac.
Vers le nord, le plateau de Trizac, ainsi que l'ombre d'un grand échalas.
Je continue le chemin en direction du Rocher de l'Aygue.
Que ce soit en gros plan ou en champ large, ce paysage est merveilleux. Quel dommage que le soleil soit si bas en cette saison.
En ligne de mire, le Rocher de l'Aygue. Notez que le Plomb du Cantal, à droite du Puy de Peyre Arse, est sur le point de disaparaître.
Gros plan sur le Puy de Peyre Arse, le Plomb du Cantal et le Puy Brunet. Et le Suc Gros, plus proche.
Les mêmes, avec le Puy de la Tourte.
Les mêmes, avec le Puy Mary.
Les mêmes, avec le Puy Chavaroche.
Encore un gros plan sur les Puys de Peyre Arse, de la Tourte et Mary, pendant que le Plomb du Cantal est encore tout juste visible.
Gros plan sur le Rocher de l'Aygue.
Le chemin rejoint de petits murets qui font ici office de clôtures entre parcelles. Au fond à gauche, le Puy Violent.
Je fais un léger détour pour suivre l'un de ces murets. Il m'amène vers la vallée du Mars, avec Le Falgoux en contrebas. En face, au centre, le Puy Violent.
Je m'approche d'un relief local. Sur la droite, le fond de la vallée du Mars, et bien sûr le Puy de Peyre Arse, le Puy de la Tourte, le Puy Mary, la Roche Noire, la Chapeloune et le Puy Chavaroche.
La même vue, ou presque, une fois au sommet dudit relief. Le Rocher de l'Aygue est de nouveau visible.
De retour sur le chemin, je vais jusqu'à la jonction avec le GR 400, un peu plus loin en contrebas, avant de revenir sur mes pas.
Retour vers le Suc de Rond, bien visible dans ce sens.
Une dernière vue sur le Rocher de l'Aygue, le Puy de Peyre Arse, le Plomb du Cantal, le Puy Brunet, le Puy de la Tourte et le Puy Mary.
Ainsi que sur la Chapeloune, le Puy Chavaroche et le Roc des Ombres.
Voyez comme la neige et la glace ont disparu !
Gros plan sur la Chapeloune et le Puy Chavaroche.
Gros plan sur le Puy Mary et la Roche Noire.
Gros plan sur le Puy de la Tourte et le Puy Mary.
Le Col d'Aulac est de nouveau visible. La brume de la vallée du Mars a fini par se dissipper.