Le Puy de Cacadogne
miod > crapahutage > le Puy de Cacadogne
Par une belle après-midi d'automne, je me proposais d'aller au Puy de Cacadogne, avant de redescendre aller prospecter des champignons dans une forêt voisine.

Au vu du peu de succès de la récolte de champignons, j'aurais mieux fait de pousser jusqu'au Puy de Sancy, mais ce sera pour une autre fois.

8 km en 3 heures (pauses hydratation et collation comprises).

Zone arpentée Itinéraire emprunté

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accès à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Le départ se situe un peu après le col de la Croix Saint Robert, en provenance de Chambon sur Lac (et donc un peu avant, en provenance du Mont-Dore).
Cependant, le parking utilisé par les parapentistes est désormais neutralisé et il faut stationner le long de la route (peu passante), ou stationner au col et faire les sept cent mètres qui le séparent du point de passage du GR 4.
Au point de passage du GR 4, moult destinations sont indiquées, et c'est celle du Roc de Cuzeau qui importe.
De l'autre côté du col, le Puy de l'Angle, fort de ses 1740 mètres, masque la crête conduisant au col de la Croix Morand.
À gauche du Puy de l'Angle, le Puy de Mareilh.
Le premier relief du parcours : le Roc de Cuzeau. On distingue le chemin qui en longe le bord afin d'en terminer l'ascension par le flanc gauche, moins abrupt.
Je me suis suffisamment élevé pour que, derrière le Puy de l'Angle sur sa gauche apparaisse timidement le Puy Barbier.
Plus à gauche, et plus loin, la Banne d'Ordanche apparaît bien isolée.
Et en me tournant plus à gauche encore, c'est le Capucin, sur l'autre flanc de la vallée dans laquelle se trouve le Mont-Dore, qui apparaÎt.
Gros plan sur la Banne d'Ordanche, et le Puy Gros à sa droite.
Derrière le capucin, la crête du Puy de Cliergue commence à émerger tout doucement, afin de me motiver pour continuer à monter.
J'arrive d'ailleurs à un croisement, d'où s'éloigne un chemin descendant le Creux des Boeufs vers la « Grande Cascade », l'une des quatre cascades du Mont-Dore.
Je vais rester sur le GR4 en direction du Roc de Cuzeau. À droite, tiens tiens, de nouveaux reliefs apparaissent...
...et ils sont mieux visibles sur cette photo : le Puy de Sancy domine, à gauche du téléphérique ; juste à droite du téléphérique, le Pas de l'Âne ; plus à droite, le Puy Redon, la Tour Carrée et tout à droite, le Puy de Cliergue.
Après le Puy de Cliergue, la crête descend tranquillement...
...vers le Capucin. À l'arrière plan à gauche du Capucin, la Montagne de Bozat.
Gros plan sur le Puy de Cliergue, ainsi qu'une petite zone à nu en contrebas, cernée par les arbres.
En contrebas du Puy Redon, les installations de téléski du Val de Courre (au centre) et du Val d'Enfer (à gauche).
Gros plan sur le Capucin.
Au nord, derrière le Puy de Mareilh, le Puy de l'Ouire est désormais visible, ainsi qu'une partie du Lac de Guéry.
Le chemin tourne le dos à la vallée du Mont-Dore pour contourner la face abrupte du Roc de Cuzeau. Ce faisant je m'approche d'une zone fortement empierrée. Au fond à gauche, le Puy de l'Angle ; au pied du Puy de l'Angle sur la gauche, les quelques points blancs au-delà des rochers sont les véhicules garés au col de la Croix Saint Robert.
Le GR s'apprête à effectuer un virage en tête d'épingle, mais il semblerait que la zone dégagée à gauche serve à bivouaquer...
Quoi qu'il en soit, aucun risque de me tromper d'itinéraire.
Je surplombe le Plateau de Durbise, qui s'étend sur ma gauche. Au loin, le Lac Chambon, surplombé par la forme sombre et trapue du château de Murol (affectueusement appellé « la boîte à meuh »).
Gros plan sur la Lac Chambon et le château de Murol (le carré gris au-dessus du centre du lac).
Sur la droite du Puy de l'Angle, apparaît le Puy de Surains, ainsi que la Chaîne des Puys en arrière-plan : outre le Puy de Dôme bien reconnaissable à son antenne et qui est le plus près du Puy de l'Angle, on reconnaît également le Puy Pelat et le Puy de Mercoeur, boisés, ainsi que le Puy de Lassolas et le Puy de la Vache, un peu moins hauts et plus dénudés, situés juste derrière le Puy de Surains.
La face abrupte du Roc de Cuzeau se trouve au loin sur la gauche ; le chemin va monter le long de la bosse qui me fait face avant de l'atteindre.
Au bout du plateau de Durbise vers le sud se trouve la vallée de Chaudefour. Elle n'est pas encore visible ici, mais on distingue déjà, sur son flanc sud, la Montagne de la Plate (à gauche) et le Puy de Champgourdeix (petite butte à droite).
Décoration artisanale sur une balise le long du chemin...
En contrebas, un éperon rocheux. À droite, le Puy des Crebasses.
Vue vers le nord centrée sur le Puy de l'Angle, avec la Chaîne des Puys plus détachée à droite.
Me voici au sommet du Roc de Cuzeau. Le poteau a connu des jours meilleurs...
...mais ce qui importe, c'est le point de vue : le Puy des Crebasses à gauche, suivi du Puy de Cacadogne, en vert, qui se confond presque avec le Puy Ferrand, juste derrière mais plus gris. Au centre, le Puy de Sancy.
Je passe au-dessus de l'éperon rocheux mentionné tout à l'heure. Au loin, le Lac Chambon.
Vue un peu plus ensoleillée des flancs du Puy des Crebasses...
...que je suis sur le point de rejoindre, une fois que j'aurai franchi le col de Cuzeau en contrebas.
Les flancs du Roc de Cuzeau sont par endroits très dénudés...
En approche du col de Cuzeau. Notez comme la paroi rocheuse semble s'être brisée.
Et voici ce qu'il en reste ! On pourrait presque croire à une oeuvre d'art contemporain...
Mise en situation avec les flancs du Roc de Cuzeau à droite.
Autre vue un peu mieux ensoleillée de ces blocs, qui donnent l'impression de pouvoir s'effondrer au moindre contact ou au moindre souffle...
De l'autre côté du chemin, il n'y a que ce cairn, qui ne tient pas la comparaison.
Le Roc de Cuzeau, vu depuis l'ascension du Puy des Crebasses...
...laquelle s'effectue en se frayant un chemin parmi d'imposants rochers.
Le sommet est encore loin, mais il ne reste plus beaucoup de dénivellé.
Notez au passage, un autre piquet décoré.
Cette crête rousse dont je m'approche est le flanc nord de la vallée de Chaudefour.
En attendant, je passe par des paysages dévastés...
Me voici à la jonction avec le flanc nord de la vallée de Chaudefour, je peux donc jeter mon regard dans la vallée. Au centre, la célèbre Dent de la Rancune, avec la Crête de Coq à sa droite.
Dominant la vallée et la fermant, le Puy de Cacadogne à droite, et au loin, le Puy Ferrand juste à gauche du Puy de Cacadogne, et le Puy de la Perdrix à sa gauche.
Gros plan sur la Dent de la Rancune et la Crête de Coq.
Un chemin permet de descendre le flanc nord de la vallée de Chaudefour, mais il n'est pas à l'ordre du jour.
Je vais plutôt franchir le sommet du Puy des Crebasses. Avec, en ligne de mire entre les piquets, le Puy de Sancy, et sur la gauche, le Puy de Cacadogne.
Nuancier de couleurs d'automne, avec une petite excroissance rocheuse sur le flanc nord de la vallée au premier plan, et la Montagne de la Plate au loin.
Me voilà au sommet du Puy des Crebasses. Le chemin continue en direction du Pan de la Grange.
Derrière les flancs du Puy de Cacadogne au premier plan, se découpent les silhouettes du Puy de Sancy, du Pas de l'Âne et du Puy Redon.
Le Puy de Cacadogne. Il n'a rien de particulier, d'ailleurs le chemin le longe plutôt que de passer par son sommet. Cependant, un sentier plus étroit et dont on peut distinguer le début, longe la crête du côté de la vallée de Chaudefour, et c'est ce sentier que je vais suivre.
Autre nuancier de couleurs d'automne dans cette vue de la vallée. À gauche, la Montagne de la Plate ; à droite, le Puy de Champgourdeix.
Gros plan sur le Puy de Champgourdeix.
Je longe désormais la crête, avec la vallée de Chaudefour à ma gauche. Au loin, le Puy de la Perdrix et le Puy Ferrand.
Le sommet du Puy de Cacadogne est très arrondi ; il me reste tout de même ici une quarantaine de mètres de dénivellée avant de l'atteindre.
Légèrement en contrebas, d'autres rochers saillants viennent tenir compagnie, grâce à la perspective, à la Dent de la Rancune et à la Crête de Coq.
Gros plan sur la Montagne de la Plate.
Vue en arrière sur le Puy des Crebasses et le Roc de Cuzeau à gauche.
Encore un gros plan sur la Dent de la Rancune et la Crête de Coq.
Légèrement à gauche du centre, le Puy Ferrand ; lègèrement à droite du centre, le « Pic intermédiaire » sur le chemin du Puy de Cacadogne au Pas de la Grange, qui continue ensuite vers le Puy de Sancy à droite.
Une plate-forme dégarnie se trouve un peu en contrebas, cachant ici la plus grande partie de la Crête de Coq. Je me propose d'y descendre prudemment.
Une fois sur place, voici le chemin direct, bien érodé et bien glissant, que j'ai soigneusement évité d'emprunter, préférant faire un détour pour descendre dans de meilleures conditions.
Depuis cette plate-forme, je peux admirer au fond de la vallée sur la droite, ce rocher gris descendant du Puy Ferrand, qui s'appelle « le Dôme ».
Vers le nord, le Puy de l'Angle est de nouveau visible entre le Roc de Cuzeau et le Puy des Crebasses.
J'approche du sommet du Puy de Cacadogne.
Il n'est orné que d'une petite croix de fer.
Du sommet, j'ai une vue magnifique sur le Puy de la Perdrix, le Puy Ferrand et le Puy de Sancy, ainsi que, plus près, le Pic intermédiaire...
Le Puy de Sancy, le Pas de l'Âne, le Puy Redon, la Tour Carrée et la crête menant au Puy de Cliergue...
Le Puy de Cliergue, la Montagne de Bozat, le Capucin. Et, très loin, la Banne d'Ordanche.
Le Roc de Cuzeau, le Puy de l'Angle, le Puy des Crebasses.
Au grand angle, du Puy de Sancy au Puy de Cliergue en une seule vue... (mais trop juste pour avoir à la fois le Puy de Sancy et le Capucin)
...ou du Puy de la Perdrix à la Tour Carrée.
Je redescends vers le GR 4 en contrebas.
Le Puy de Sancy me tend pour ainsi dire les bras, mais je prends la (mauvaise) décision d'aller cueillir des champignons, par conséquent je vais faire demi-tour ici, malgré une vue alléchante.
Je prends donc la direction du Roc de Cuzeau, en face...
...via le Puy des Crebasses.
Le Capucin, la Banne d'Ordanche et le Puy Gros.
En contrebas, un rocher esseulé se dresse, tel un menhir.
Dernière vue sur la vallée de Chaudefour avant de quitter le Puy des Crebasses.
Le flanc du Puy des Crebasses est vraiment très abrupt.
J'approche du col de Cuzeau. Au retour, je ne repasserai pas par le sommet, mais emprunterai l'un des sentiers qui le contournent sur la droite.
Au col, je ne résiste pas à l'envie de m'approcher de plus près du restant de paroi.
De plus prés, elle paraît encore plus fragile.
Voici la vue en contrebas, qu'elle cachait.
Il est possible de prendre appui sur les pierres les plus basses afin d'en apprécier la tranche, qui fait tout de même dans les soixante centimètres d'épaisseur.
Même les nuages semblent se plier aux formes du Roc de Cuzeau pour le contourner...
Un coup d'oeil au plateau de Durbise, pendant que je longe le Roc de Cuzeau.
Me voilà presque de retour au GR 4. Le Puy de l'Angle ne s'est pas absenté.
En fin de descente, un dernier coup d'oeil au Roc de Cuzeau, cette fois mieux éclairé qu'à l'aller...
À gauche du Puy de Mareilh, outre le Puy de l'Ouire, la Roche Sanadoire est très légèrement visible.