La Banne d'Ordanche
miod > crapahutage > la Banne d'Ordanche
La Banne d'Ordanche est un volcan de la chaîne des Monts Dore, parmi ceux situés les plus à l'ouest. De par cette position excentrée, elle offre, depuis son sommet, une vue dégagée sur la Chaîne des Puys, les Monts Dore, et, quand les conditions météorologiques sont favorables, les monts du Cantal.

Pour accéder au sommet de la Banne d'Ordanche, trois possibilités : depuis Murat-le-Quaire qui se trouve à son pied, deux chemins en permettent l'ascension soit par la face ouest, la plus abrupte, ou après l'avoir contournée par le nord jusqu'au col de Saint Laurent, par la face est, moins difficile ; ou depuis le lac de Guéry, depuis lequel plusieurs chemins permettent de rejoindre le col de Saint Laurent.

C'est ce dernier choix qui sera arpenté et décrit ci-dessous. Depuis le lac de Guéry, je me suis rendu au Puy Gros, puis au col de Saint Laurent, avant d'affronter la Banne d'Ordanche. Le chemin du retour passe par le Puy Loup.

14 km en un peu plus de 4 heures (pauses hydratation comprises).

Zone arpentée

Itinéraire emprunté

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accès à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Départ au parking du col du Guéry. Je snobe pour une fois le belvédère offrant une superbe vue sur les roches Tuilière et Sanadoire, pour aller directement en direction du lac.
Dédaignant la direction de la ferme du Puy May, je descend vers le lac.
Si, si, il y a bien un lac, un peu plus loin.
Au loin, en face, le Puy de Sancy et, sur sa gauche, le Puy de Cacadogne et le Plateau de Durbise.
Quelques mètres plus loin, me voilà au bord du lac.
En continuant le long de la rive, voici un autre point de vue sur des reliefs un peu plus à l'est : légèrement à la gauche du centre, le Puy de la Tache, reconnaissable facilement au petit bâtiment érigé au sommet ; à sa droite, le Puy Barbier et le Puy de l'Angle. À sa gauche, le Trioulérou.
Le sentier s'écarte momentanément des rives. Pas de doute, vu la largeur et la propreté, il s'agit bien d'un sentier de grande randonnée (le GR 30).
Un peu plus loin, le sol devenant trop humide, ce sont des planches qui matérialisent le chemin.
Ensuite, le sentier pénètre dans un bois.
De plus, il s'élève rapidement.
Une famille de cairns est installée le long du chemin. Je m'arrête quelques instants pour converser.
Cette montée permet, lorsque apparaissent des trouées entre les arbres, d'avoir une belle vue sur le lac. En face, le Puy Corde.
En me tournant un peu plus vers le nord-est, autre vue du lac, avec toujours le Puy Corde à droite, mais surtout le Puy de l'Ouire à gauche (dont vous n'avez pas fini d'entendre parler, comme son nom l'indique), et le Puy de l'Aiguiller entre les deux.
D'ailleurs, un signe qui ne trompe pas : un banc de pierre est installé un peu plus loin.
Vue depuis le banc sur le lac de Guéry et le Puy de l'Ouire.
Le chemin redescend désormais vers les rives, en passant le long d'une autre famille de cairns.
Une fois revenu au niveau des rives du lac, j'emprunte la piste qui mène à la ferme de Guéry. Derrière moi, le lac, le Puy de l'Ouire, le Puy de l'Aiguiller et le Puy Corde.
Devant moi, je ne suis pas aidé par le soleil du matin qui me fait face. Sous le solei, le Puy de la Croix Morand ; au centre, le Puy de la Tache.
Je pénêtre dans la forêt. Comme son nom l'indique, tous ses arbres sont en bonne santé.
J'approche de la ferme de Guéry, avec le Puy de Sancy et ses voisins au loin.
Gros plan sur le Puy de Sancy, au centre.
Le chemin oblique à droite pour suivre la lisière de la forêt.
Profitant du soleil, des papillons ne cessent de virevolter autour de moi, comme celui-ci qui fait une pause.
Tous les chemins mènent à Rome.
Le chemin monte assez fortement au milieu des racines des arbres mises à nu.
La fin de la montée est proche. Quel panorama m'attend au bout ?
Un panorama tout simple, avec le Puy Gros à gauche et la Banne d'Ordanche à droite.
Gros plan sur la Banne d'Ordanche.
Gros plan sur le Puy Gros.
Encore une vue, hélas légèrement brumeuse, du Sancy.
Derrière moi, le Lac de Guéry n'est plus visible, mais on distingue encore le Puy de l'Ouire et le Puy Corde.
Croisement de chemins.
Sur le chemin du Puy Gros, cette sauterelle veille...
...tout comme ces vaches. La vache grise paraît presque irréelle.
La Banne d'Ordanche est un tout petit peu plus proche...
...tout comme le Puy Gros ; on distingue le tracé du chemin y montant.
Derrière moi, à gauche du Puy de l'Ouire, apparaît désormais un relief local bien connu...
...et, en ayant monté un peu plus, les reliefs voisins.
Nouveau carrefour.
Le Mont-Dore et la haute vallée de la Dordogne deviennent visibles.
Quant au sommet du Puy Gros, il n'est plus très loin...
...même s'il faut encore monter un peu.
La Banne d'Ordanche, un temps masquée par les flancs du Puy Gros, réapparaît...
...ainsi que la Chaîne des Puys.
En apparance, la montée est presque terminée...
...mais il s'agit du gag habituel ou le sommet est toujours un peu plus loin, derrière.
Le Mont-Dore et le flanc du Puy Gros.
Carte postale : le Puy May (légère bosse sur la gauche), la chaîne des Puys, le Puy de l'Ouire.
Les Monts Dore en contre-jour.
Ce piquet est la seule matérialisation du sommet, et encore.
Il y en a un deuxième qui semble avoir perdu ses panneaux.
La Banne d'Ordanche et ses pierriers sur le flanc sud-est.
Toujours le long de la vallée de la Dordogne, la Bourboule.
La crête de Dyane reliant le col de la Croix Morand au col de la Croix Saint Robert : Puy de la Tache, Puy de Monne, Puy Barbier, Puy de l'Angle, Puy de Mareilh. À gauche, le Puy de la Croix Morand ; à droite, le Roc de Cuzeau.
Sur la gauche, devant la chaîne des Puys et le Puy de l'Ouire, le sommet de la Roche Malvialle dépasse tout juste.
Je continue en direction de la Banne d'Ordanche.
Les flancs du Puy Gros ont fortement souffert de l'érosion et du gel.
La Banne d'Ordanche et, tout à droite, le col de Saint Laurent.
Encore des reliefs tourmentés le long du Puy Gros. L'épine rocheuse au centre m'évoque un Moaï de l'Île de Pâques.
Encore une vue de la Banne d'Ordanche, et du dernier relief intermédiaire à franchir pour l'atteindre, le Tenon.
Gros plan sur la Banne d'Ordanche.
Croisement de chemins au pied du Tenon.
La forme imposante du Puy Gros.
Encore une vue de la Banne d'Ordanche, pour changer.
Gros plan sur le sommet de la Banne d'Ordanche.
Arrivé au sommet du Tenon, je n'ai plus qu'à longer la clôture jusqu'au Col de Saint Laurent.
En contrebas, la forêt commence doucement à prendre les couleurs de l'automne.
Encore un gros plan de la Banne d'Ordanche, dont vient de surgir un avion à réation.
Me voilà au col de Saint-Laurent.
La Banne d'Ordanche est toute proche maintenant.
Gros plan sur la Banne d'Ordanche.
Dans le temps, le chemin, une fois arrivé au niveau de la roche, obliquait sur la gauche en suivant la pente en zig-zag, et il reste encore des traces de ce sentier.
Mais un aménagement plus moderne et protégeant le sol de l'érosion a été installé. Pour l'emprunter, il faut contourner la Banne le long du sentier jusqu'à atteindre ces escaliers de bois.
Ce faisant, il est possible de profiter d'une vue dégagée vers l'ouest.
Au sommet de l'escalier se trouve une table d'orientation en très bon état.
Peut-être est-elle préservée des graffitis et autres signes de bêtise humaine par ce panneau invitant les visiteurs à se comporter en adultes.
Vue vers le nord et la chaîne des Puys. Le petit sommet arrondi, au tiers droit, est le Puy Loup.
Gros plan sur la chaîne des Puys.
Gros plan sur le Puy Loup.
Vue vers l'est : de gauche à droite au fond, Puy de l'Ouire, Puy de l'Aiguiller, Puy Corde, Trioulérou, Puy de la Croix Morand, Puy de la Tache, Puy de Monne, Puy Barbier, Puy de l'Angle, Puy de Mareilh. À droite mais plus près, le Tenon devant le Puy Gros.
Vue vers le sud-est : le massif du Sancy en contre-jour, avec un artefact optique violet dû au soleil. Sur la droite, très loin, se détachent les silhouettes des monts du Cantal.
Vue vers le sud : le Mont-Dore à gauche, la Bourboule au centre, Murat-le-Quaire à droite.
Retour au col de Saint Laurent. Plutôt que de rentrer par la ferme du Puy May, je vais faire un détour par la borne des quatre seigneurs et le Puy Loup.
La borne des quatre seigneurs matérialise un quadripoint où se rencontrent les limites de quatre communes : Murat-le-Quaire, le Mont-Dore, Perpezat (proche de Rochefort-Montagne) et Laqueuille. Il s'agit d'une installation récente (2005) remplaçant une borne plus ancienne trop dégradée.
Chaque face de la borne reproduit le blason d'une des communes.
Il se trouve également une stèle à la mémoire du pilote de planeur et moniteur-chef de piste Albert Aujeas, grièvement blessé en heurtant les flancs du Puy Loup suite à un accrochage avec un élève le 15 juillet 1942, et décédé des suites de ses blessures à Clermont-Ferrand le lendemain.
Je me dirige ensuite vers le Puy Loup, facile à repérer grâce à cette construction à son sommet.
Ladite construction a connu des jours meilleurs et ne protège pas du vent, car porte et volets ont disparu.
La chaîne des Puys depuis le Puy Loup.
La Roche Malvialle à droite, et les roches Tuilière et Sanadoire à gauche.
La Banne d'Ordanche vue depuis le Puy Loup.
Je redescends vers la route du lac de Guéry à la ferme du Puy May.
Le Puy Gros, sur ma droite en descendant.
La Roche Malvialle et, à sa droite, la Roche Sanadoire. La Roche Tuilière est ici cachée par la Roche Malvialle.
Me voilà de retour à proximité du lac de Guéry.