Le Cirque d'Artout et le Signal du Luguet
miod > crapahutage > le Cirque d'Artout et le Signal du Luguet
J'avais présenté par le passé, une visite d'automne au Signal du Luguet, point culminant du Cézallier avec ses 1551 mètres de hauteur. Mais la météo s'était montrée défavorable à la vue de grands espaces, et je m'étais promis de revenir dans de meilleures conditions.

Vous trouverez d'ailleurs cette ancienne narration ici :
Autour du signal du Luguet (22km, 110 images)

Cette nouvelle présentation adopte un nouvel itinéraire en boucle depuis la sortie du Luguet sur la route de Parrot, et permet de passer par le Cirque d'Artout en début de balade. Malheureusement pour moi, lorsque j'ai arpenté cet itinéraire, un fort effet de fœhn a rendu les vues très brumeuses, et inexploitables en fin de parcours. Je vais mélanger dans cette narration des clichés provenant de deux parcours, tous deux effectués au mois de septembre à un an d'intervalle, en ne conservant que les meilleurs. Ne soyez donc pas surpris que la luminosité puisse varier fortement d'une vue à l'autre : c'est qu'elles ne sont pas du même passage.

Un peu plus de 21km en 5 heures et demie la première fois, et tout juste 18 km en 4 heures et demie la deuxième fois, sans faire de détour par le bois du Cézallier.

Zone arpentée

Itinéraire emprunté

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accès à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Départ à la sortie du Luguet, au bord de la route départementale 721 en direction de Parrot. Il est possible de stationner au pied du grand paneau d'informations sur le Cirque d'Artout. Il faut alors remonter la route su quelques mètres pour rejoindre le GR 4A qui s'apprête à descendre dans le Cirque d'Artout.
Au loin, au centre, le Bois du Cézallier. Sur la gauche, le Signal du Luguet légèrement couvert par le Bois de la Croix des Champs. Et tout en haut, la lune en train de descendre doucement vers l'horizon.
Sur la droite en descendant, la Roche d'Aulhat par laquelle je passerai un peu plus tard.
Gros plan sur la Roche d'Aulhat.
En progressant vers le fond du Cirque d'Artout, je m'en rapproche doucement.
Soudain, sur mon chemin, une poule faisane.
Toujours la Roche d'Aulhat, il faut dire que c'est le seul relief à me mettre sous la dent pour le moment...
...en effet, le Cirque d'Artout est bien encaissé, comme vous pouvez le constater sur cette vue dans la direction opposée à celle de la Roche d'Aulhat.
À peu près la même vue, un an plus tard, avec moins de contre-jour.
Au fond du Cirque, le chemin franchit le Ruisseau du Buffier...
...puis il s'élève le long des flancs de la Roche d'Aulhat. En me retournant pendant la montée, voici une meilleure vue du Cirque d'Artout.
D'ailleurs, pour ceux qui viendraient en sens inverse, un panonceau annonce la vue sur le Cirque.
Après être suffisamment monté, le Bois du Cézallier redeviennt visible, mais pas le Signal du Luguet.
Le chemin ne passe pas par le sommet de la Roche d'Aulhat, mais se contente de passer une vingtaine de mètres d'altitude en contrebas.
Une fois la Roche d'Aulhat contournée, le chemin s'élargit et redescend vers Parrot, et le Signal du Luguet au loin.
Arrivé à Parrot, il me suffit de traverser la route et de suivre la direction du Signal du Luguet.
Le chemin s'élève rapidement. Au loin à gauche, le Signal du Luguet, et au centre, le Bois du Cézallier. Le petit bois, à droite, n'a pas de nom, à ma connaissance.
En quelques dizaines de mètres à peine, je dépasse déjà Parrot derrière moi d'une bonne hauteur. Derrière Parrot, le Puy de la Rode.
Le balisage du chemin à partir de Parrot est bien visible.
Sur ma gauche en montant, le Cirque d'Artout, vu d'en haut.
Si vous arrivez au bon moment en septembre, il y a des framboises. Laissez-en un peu pour ceux qui passeront après vous !
Le chemin à travers champs depuis Parrot était un raccourci, et ne tarde pas à rejoindre la piste qui prolonge la D 721a. En montant, sur la droite, le petit bois sans nom.
Ce bois sert de camouflage au hangar dans lequel est stockée la lune lorsqu'elle n'est pas dans le ciel : voyez, elle s'apprête à y rentrer, à droite.
Et la voici prise sur le fait !
La piste monte de façon soutenue jusqu'à l'altitude de 1500 mètres environ, avant de prendre une pente plus douce. En ligne de mire, le Bois de la Croix des Champs, donc le Signal du Luguet.
Sur ma droite, le Bois du Cézallier.
Autre vue du Bois du Cézallier, un an plus tard.
Arrivé entre le Bois du Cézallier et celui de la Croix des Champs, des panonceaux proposent d'aller voir l'un et l'autre. Je vais commencer par un détour par le Bois du Cézallier, ici.
Il n'y a pas de véritable chemin pour le rejoindre. Il suffit de monter doucement dans sa direction.
Je vais plutôt prendre la direction de cette bosse empierrée, dans un premier temps.
M'y voici.
En contrebas, cet amoncellement de pierres, probablement d'origine humaine.
Du sommet de la bosse, vue vers l'ouest sur le Cézallier. Au centre, légèrement à droite, le Mont Chamaroux, dont le flanc nord-est est dans l'ombre.
Vue vers le sud-ouest-ouest, malheureusement trop brumeuse pour pouvoir voir le sommet de la Montagne des Coins. Tout à droite, le Mont Chamaroux.
Vue vers l'est : le Bois de la Croix des Champs au sommet du Signal du Luguet.
Autre vue, un peu plus dégagée, dans la direction du Mont Chamaroux.
Un dernier regard au Bois du Cézallier...
...et je repars en direction du Bois de la Croix des Champs.
Après avoir retraversé la piste, je suis les traces d'engins agricoles, mais je bifurque en direction du bois dès que partent ces traces, sur la droite, que je n'avais pas pu voir lors de mon passage précédent.
Cette trace atteint le bois plus rapidement, avec une pente moins raide.
Derrière moi, le Bois du Cézallier.
Vue vers Parrot, avec le Puy de la Rode dans l'ombre.
Le chemin rejoint la lisière du Bois de la Croix des Champs pour en faire le tour. Après avoir suivi la direction de l'est, il prend maintenant la direction du sud.
Un temps très ensoleillé n'est pas forcément le meilleur pour les prises de vues...
...car, un an plus tard, les reliefs du Cantal seront visibles malgré un temps plus couvert. On distingue ici dans la moitié droite de l'image, les silhouettes du Plomb du Cantal, du Rocher du Bec de l'Aigle, du Puy Bataillouse, du Puy de Peyre Arse, du Puy Mary, du Puy Chavaroche et du Puy de la Tourte.
Je continue à faire le tour du bois, pour profiter de la vue.
Gros plan sur le Buron de Chirol, à gauche, et le Plomb du Cantal, au loin à droite.
En pivotant légèrement vers la droite, donc plus vers le sud-ouest, le Rocher du Bec de l'Aigle, le Puy Bataillouse, le Puy de Peyre Arse, le Puy Mary, le Puy Chavaroche et le Puy de la Tourte. Et sur l'image en haute résolution, il est possible de deviner le Puy de Seycheuse devant le Rocher du Bec de l'Aigle.
Une fois parvenu au bord ouest du bois, ce sont les Monts-Dore que l'on peut apercevoir au loin.
Gros plan sur les Monts Dore : Puy Redon, Puy de Sancy, Puy Ferrand, Puy de Cacadogne, Puy des Crebasses, Roc de Cuzeau, Puy de l'Angle, Puy Barbier, Puy de la Tache.
En continuant le tour du bois, voici maintenant le Bois du Cézallier qui est de nouveau visible.
Le tour du bois est bouclé, avec de nouveau Parrot et le Puy de la Rode. Oui mais, regardez bien au loin, à droite des arbres...
...c'est au tour de la Chaîne des Puys d'être visible. On distingue bien la silhouette du Puy de Dôme, ses voisins (Puy de Côme à gauche, Grand Sarcoui à droite) ne se distinguent pas trop les uns des autres.
J'entame mon deuxième tour du bois...
...afin d'arriver au chemin qui permet de le traverser de part en part.
Dans le bois, quelques traces d'aménagements anciens...
...une cabane...
...et un cairn qui s'ennuie.
Sorti du bois, je vois passer sans doute un chevreuil, au loin.
Le chemin traversant le Bois de la Croix des Champs continue en ligne droite jusqu'à la piste. Mais de la piste, le Bois paraît impénétrable !
Paysage typique du Cézallier : des reliefs doux, des vaches à l'estive.
Une mare au niveau des sources de la Sianne, à gauche.
Les sources de la Sianne, avec le Buron de Thioulouse Haut juste au-dessus, alors que la piste s'apprête à partir vers le sud-est.
Je longe, à distance respectable, le Bois de la Croix des Champs.
Passage d'un train de nuages.
Je continue à m'éloigner du Signal du Luguet.
Le chemin part maintenant vers l'est et le Bois du Rayet, le Signal du Luguet ne sera plus visible, au contraire de ces nuages.
Le « roc avec son arbre de compagnie » que j'avais remarqué lors de ma précédente visite, est toujours là, et son arbre aussi.
Sorti du Bois du Rayet, le Signal du Luguet est de nouveau visible, encore plus loin...
...mais plus pour longtemps.
Je reviens vers le bord du Cirque d'Artout, avec la Roche d'Aulhat au centre-droit.
Au centre, une partie des roches mises à nu.
Me voilà presque de retour au Luguet. Mon point de départ se trouve juste derrière la motte.
Et voilà, la boucle est bouclée !