Les Valadous et la Tour des Poignets
miod > crapahutage > les Valadous et la Tour des Poignets
Juste au nord du massif du Tanargue, le Serre de la Croix de Bauzon délimite le sud de la haute vallée de l'Ardèche et, bien que moins étendue que le Tanargue, offre des reliefs un peu plus sauvages.

Je me proposais, en partant du col du Pendu, d'aller tout d'abord aux Valadous qui sont le point culminant du serre, puis d'aller jusqu'au Rocher d'Abraham en passant par la Tour des Poignets.

Cependant, comme vous vous en apercevrez plus loin, le Rocher d'Abraham n'a pas été arpenté en totalité ; j'essaierai de faire mieux une prochaine fois !

19 km en 7 heures.

Zone arpentée

Itinéraire emprunté

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accés à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Départ au col du Pendu, il suffit du suivre la direction de Mayres...
...qui longe la route avant d'obliquer vers la gauche au fond.
Ce panneau dissuadera les plus téméraires de pénétrer dans la forêt...
...et, de toute façon, le chemin en longe la lisière.
De temps en temps, un affleurement de quartz vient rappeler que ce relief n'est pas d'origine volcanique.
Le chemin monte rapidement et, arrivé en vue du plateau, je peux apercevoir derrière moi le Suc du Montat et son antenne (à gauche), ainsi qu'une partie des éoliennes de Cham Longe (à droite).
Arrivé au plateau, un chemin part dans le prolongement du chemin actuel, qui va continuer de suivre la lisière et dont je me désintéresse totalement.
Au loin apparaît un sommet aplati et peu boisé : les Valadous.
Le chemin est encore long pour le rejoindre.
Ne vous laissez pas abuser par cette éminence peu boіsée. Le sommet est plus loin, derrière, sur la gauche.
Très loin.
Très très loin.
Enfin, le sommet. Et pas de chance : le superbe point de vue est dans les nuages.
En plus du cairn, on y trouve une borne géodésique.
Ne soyez pas déçus, je repasserai au même endroit au retour, et la vue sera bien meilleure. En attendant, je redescends alors que le nuage me survole et me plonge dans son ombre.
Le premier bousier de la journée.
Je retrouve le chemin par lequel je suis arrivé, et qui continue vers l'est.
Trois semaines séparent ces deux photos du chemin.
Rapidement, celui-ci s'enfonce dans les bois...
...et, un demi kilomètre plus loin et quelques dizaines de mètres plus bas, rejoint dans cette grande clairière, une route forestière.
Si vous avez envie de conter fleur bleue, vous risquez d'y passer du temps.
Je pars donc à droite sur la route forestière...
...que je ne tarde pas à quitter, en prenant à gauche à la première bifurcation venue.
Après un court passage dans les bois...
...je ne tarde pas à rejoindre une parcelle clôturée. La barrière est ici facile à enjamber, mais laisse supposer la présence d'animaux à l'estive. Il n'en sera rien, mais la prudence est de mise.
Sur ma droite, vers le sud, la vue est dégagée sur le Tanargue.
En ligne de mire, subissant les assauts d'un nuage, la Tour des Poignets.
J'atteins les ruines du mas des Pergeyres.
Celles-ci doivent être à l'abandon depuis longtemps, au vu de l'emprise de la végétation.
Il y a les ruines d'une demi-douzaine de bâtiments.
Si un trésor a été oublié, il est bien caché...
À moins qu'il ne s'agisse de ces fleurs.
La Tour des Poignets semble avoir repoussé les assauts du nuage.
Il est malheureusement encore un peu tôt pour admirer les grandes gentianes en fleurs.
Me voilà au col des Pergeyres où mon chemin croise un sentier descendant vers Mayres. Mais en cet endroit du Serre de la Croix de Bauzon, tous les chemins mènent à Mayres...
Je vais continuer vers la Tour des Poignets au loin.
Mais avant, un panneau m'incite à profiter de la vue...
Voici donc, au nord, le Serre du Mouton qui domine la rive gauche de l'Ardèche (le Serre de la Croix de Bauzon, sur laquelle je me situe, dominant la rive droite).
Gros plan sur le Serre du Mouton.
Voici la vue que je laisse derrière moi. Le nuage vient recouvrir les Valadous.
Le chemin s'apprête à contourner le Rocher des Taillades, mais un sentier étroit permet de rester sur la ligne de crête. Je l'emprunte en me frayant un chemin parmi la végétation luxuriante.
Me voilà presque au sommet d'un relief intermédiaire avant le Rocher des Taillades proprement dit.
D'ailleurs, des rochers émergent déjà !
Le sommet du Rocher des Taillades est néammoins un peu plus loin, et la Tour des Poignets apparaît de nouveau, derrière.
Toujours le Rocher des Taillades et la Tour des Poignets.
Je ne suis plus très loin.
Un papillon s'enivre de nectar.
Me voilà au sommet du Rocher des Taillades. La Tour des Poignets se dresse face à moi.
La haute vallée de l'Ardèche vue depuis le Rocher des Taillades. On distingue très bien le tracé de la route nationale 102.
Me voilà descendu du Rocher des Taillades. Un poteau indicateur m'attend au croisement avec la route forestière.
Le poteau indiquant un point de vue à cent mètres en suivant la route forestière, je fais un léger détour pour en profiter. Hélas, le moment est mal choisi puisqu'un nuage se promène en cet endroit. J'aurai une meilleure vue à mon retour.
Le Rocher des Taillades sur la droite, en revenant du point de vue.
Le chemin qui mène à la Tour des Poignets est visiblement moins fréquenté.
La montée est soutenue...
...surtout vers la fin.
Je touche au but.
Me voici au sommet. On y trouve des Rochers en vrac, et un empilage de pierres, mi-mur, mi-cairn.
Il s'y trouve également une balise géodésique.
Du sommet, voici la vue vers le sud-ouest.
Vue vers le sud, avec les pistes de ski de la Croix de Bauzon bien visibles. Le col routier de la Croix de Bauzon est également visible en bas à gauche.
Vue vers le sud-est, avec la crête du Tanargue.
Vue vers l'est, avec un nuage essayant de masquer le Rocher d'Abraham.
La vue vers le nord est malheureusement voilée ; j'aurai de meilleurs clichés à mon retour.
Je me trouve à 1530 mètres d'altitude selon le panneau, 1533 mètres selon la carte IGN. C'est un peu moins haut que les Valadous.
Au sommet se trouvent aussi quelques fleurs.
Je descends en direction du Rocher d'Abraham.
Le chemin contourne ce relief, qui se nomme le Fautouras, par le sud, à droite.
Ici aussi, des papillons se nourissent...
Je rejoins le sentier en provenance du col de la Croix de Bauzon.
Grand luxe, il y a même deux poteaux indicateurs.
Je continue en direction du Rocher d'Abraham.
En contrebas, la route du col de la Croix de Bauzon à Jaujac descend tant bien que mal, avec de nombreux lacets, et donne ici l'impression de rester au même endroit puisque, après avoir atteint le lacet qui se trouve au premier plan à gauche, elle repart à droite contourner un peu de relief avant de repasser à gauche, quelques dizaines de mètres d'altitude en moins.
Une excroissance rocheuse regarde passer les randonneurs.
Le Rocher d'Abraham est proche.
Ce chemin est bordé d'anémones sylvies.

Le Rocher d'Abraham. Tout à gauche, la statue rendant hommage à Jeannot Gilly, enseignant et alpiniste ardéchois tragiquement décédé en juin 2008.
Le Rocher d'Abraham dans son ensemble. Je vous laisse apprécier les pentes abruptes...
Je suis sur le point d'arriver à une nouvelle bifurcation...
...avec un poteau indicateur. Mon intention est d'effectuer l'ascension, difficile, par ce qui tient vaguement lieu de chemin, et redescendre par le chemin plus facile depuis la statue.
Le chemin commence par contourner le Rocher d'Abraham par le sud...
...et se perdre dans la forêt.
Puis il remonte le long des flancs rocheux.
Le marquage (trois points jaunes, parfois complété par des flèches) n'est pas de trop.
Le chemin est étroit, la pente forte, il est souvent nécessaire de s'aider des mains lors de la montée : ce n'est pas une promenade de santé.
À force de persévérance, je m'approche du sommet, qui paraît encore inaccessible...
...surtout quand il faut passer par ce genre d'endroit.
Tant bien que mal, me voici quelque part au milieu du Rocher d'Abraham. Devant moi, cette roche...
...et derrière moi, cette roche. Difficile d'estimer laquelle est la plus haute.
Gros plan sur la roche à laquelle je tourne le dos. Il n'est pas sûr qu'un chemin y mène.
Vue vers le nord-ouest sur la haute vallée de l'Ardèche. Le col de la Chavade, par lequel passe la route nationale 102, est visible au loin.
Le sommet du Rocher d'Abraham se compose en fait de nombreuses excroissances, difficiles à franchir. Au loin à droite, sur la même ligne de crête que le Rocher d'Abraham, le Mont Gros.
Je ne suis pas au bout de mes peines.
La faune et la flore sont remarquables, mais la pénibilité de l'ascension et la nécessité de s'aider de ses mains tempère mon ardeur photographique. Je vous offre tout de même cette photo d'insecte.
Un chemin est censé passer ici. Si, si.
Encore un insecte, le temps de souffler.
Derrière moi, une partie du Rocher d'Abraham, le Fautouras, la Tour des Poignets, et le Rocher des Taillades.
La statue est encore loin.
Gros plan sur la statue.
Vue sur la haute vallée de l'Ardèche.
Vue sur la vallée du Lignon, côté Tanargue.
Et vue sur la crête du Rocher d'Abraham, avec le prochain obstacle à franchir.
Voyez, c'est facile, il suffit de passer au milieu, sur quelques dizaines de centimètres de largeur.
Et une fois passé, la suite est du même acabit.
À ce stade, et alors que j'ai dépassé le sommet du Rocher d'Abraham et que le chemin descend lentement vers la statue, je préfère renoncer et faire demi-tour. Cela signifie que je vais devoir refaire en sens inverse la partie difficile du chemin, mais, en toute franchise, le profil des deux rochers à venir m'est apparu vraiment trop difficile compte tenu de l'état de mes genoux, qui venaient d'être fortement sollicités lors de la dernière demi-heure.

Avant de me retourner, voici une dernière vue de la crête menant au Mont Gros.
Gros plan, brumeux, sur l'extrémité est de la crête du Tanargue. Au centre, les pierriers du petit Mont Aigu surmonté à sa droite par le Mont Aigu.
Vue sur la partie du chemin que je renonce à faire, avec la statue en son centre.
Gros plan sur la statue de Jeannot Gilly. Le chemin arrive derrière, sur la gauche.
Gros plan sur le Mont Gros et les deux vallées, celle de l'Ardèche à gauche, et celle du Lignon à droite.
Gros plan sur la vallée de l'Ardèche, avec la ville de Thuyets au fond.
Un papillon rouge se cache sur cette photo, le voyez-vous ?
Gros plan sur la vallée du Lignon. À droite, le petit Mont Aigu et le Mont Aigu. Au centre, plus loin, le Suc du Capitaine.
Après être redescendu du Rocher d'Abraham par le même chemin, me voilà reparti en direction de la Tour des Poignets. En ligne de mire, le Fautouras.
De retour à la bifurcation avec le chemin allant vers le col de la Croix de Bauzon.
Je longe un petit pierrier.
Vue sur la station de la Croix de Bauzon et le col routier en contrebas. Notez, à côté de la large piste de ski à gauche, une piste bien plus étroite correspondant au tracé du téléski.
Me voilà de retour à la Tour des Poignets, et cette fois-ci, le point de vue est bien plus dégagé.
On y voit donc, vers l'est, le Rocher d'Abraham et le Mont Gros...
Vers le nord, au centre, le Serre du Mouton ; à sa droite, le sommet de Roches Montades ; à sa gauche, l'Ubac de la Frache. Et au premier plan, la coiffe de la balise géodésique qui a été emportée par le vent, et que je n'avais pas vu lors de mon premier passage, bien qu'elle soit visible sur la photo.
Vers le nord-ouest, à gauche, le flanc des Valadous au premier plan et le col de la Chavade à l'arrière-plan ; légèrement à gauche du centre, les Rochers d'Astet ; à droite, l'Ubac de la Frache.
Vers l'ouest, les Valadous.
Gros plan sur les Rochers d'Astet. Le sommet pourvu d'une antenne est le Suchalias ; derrière à gauche, la silhouette sombre de la butte de Sauvageon.
Au loin, derrière le Serre du Mouton, on peut distinguer les silhouettes du Mont Mézenc au centre et du Suc de Sara à sa droite...
...et, encore plus à droite, la forme trapue du Gerbier de Jonc. Sur la crète derrière le Serre du Mouton, le Suc de Bauzon.
Gros plan sur la coiffe de la balise géodésique.
Vers le sud-est, la crête du Tanargue.
Vers l'est, le Rocher des Taillades et les Valadous.
Je suis revenu au pied du Rocher des Taillades, là où était indiqué un point de vue à 100 mètres sur la route forestière, et j'y suis retourné. Cette fois-ci, pas de nuage !

En contrebas et presque face à Mayres, cette butte jaunie est le Suc du Joug.
Gros plan sur les Valadous...
...ainsi que sur le Rocher des Taillades.
Une coccinelle est venue également profiter du point de vue...
...à moins qu'il ne s'agisse que de son entraînement d'escalade de brin d'herbe.
Derrière l'Ubac de la Frache, le Mont d'Alambre, le Mont Mézenc, le Suc de Sara, et le Gerbier de Jonc dépassant tout juste du Suc de Bauzon plus proche.
Je redescends du Rocher des Taillades vers le col de Pergeyres et ses ruines...
...puis je retrouve la route forestière et la quitte peu après, une fois arrivé à la clairière...
Cet arbre sort probablement d'une visite chez le médecin.
Une brigade de sapeurs-bousiers en action.
Je sors de la forêt et je ne vais pas tarder à recroiser le chemin des Valadous.
C'est chose presque faite, il part à droite après le panneau.
Toute ressemblance avec les photos de la matinée ne serait que pure coïncidence.
Arrivant au sommet des Valadous, je constate tout de suite une légère différence avec le point de vue de ce matin : des reliefs sont visibles au loin !
À mon avis, le sommet des Valadous est le meilleur point de vue sur la haute vallée de l'Ardèche.
Vers le nord, le relief cache le bourg d'Astet, mais pas le sommet des Rochers d'Astet au centre. Au loin, les silhouettes du Mont d'Alambre, du Mont Mézenc, du Suc de Montfol, du Suc de Sara et du Gerbier de Jonc.
Vers le nord-nord-est, l'Ubac de la Frache...
...puis le Serre du Mouton.
De l'autre côté de la vallée, vers l'est, le Mont Gros, le Rocher d'Abraham et la Tour des Poignets.
Vers le sud-est, la crête du Tanargue.
Gros plan sur le Mont Gros et le Rocher d'Abraham.
Gros plan sur le Serre du Mouton, le Rocher Girat au centre qui en est le point culminant, et le Serre de la Pierre Plantée juste derrière.
En contrebas, le Suc du Joug et Mayres.
Vers l'ouest, le parc éolien de Cham Longe...
...ainsi que le Suc du Montat.
Vers le sud-est, le Moure de l'Abéouradou au centre, reconnaissable à la zone déboisée triangulaire ; à sa gauche, le Rocher des Resliades, à sa droite, le sommet de Pézouillouse.
C'est tout pour aujourd'hui ! Il ne me reste plus qu'à redescendre au col du Pendu. D'autant plus que je me balade depuis un bon moment avec un gros cèpe dont le chapeau fait vingt centimètres de diamètre, qui a certainement profité d'être longtemps enfoui sous la neige pour échapper à la vigilance des ramasseurs de champignons depuis l'automne dernier, et que j'ai cueilli en passant, quelque part dans les parages...