Du Roc de Courlande au Puy de Sancy
miod > crapahutage > du Roc de Courlande au Puy de Sancy
Situé en hauteur de Chastreix, le Roc de Courlande est le premier relief d'importance au sud-ouest des monts Dore. Une fois au sommet, l'appétit vient en mangeant, et quoi de plus naturel que de pousser jusqu'au Puy de Sancy ?

Environ 9 km en 4 heures.

Zone arpentée

Itinéraire emprunté

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accés à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Le point de départ est facile à trouver, avec une large aire de stationnement.
C'est parti pour 900 mètres de montée à plus de 15% de pente de moyenne, puisqu'il faut passer de 1331 à 1496 mètres d'altitude...
Le Roc de Courlande, le voici, avec sa croix. À droite, la premières des trois vierges de Courlande.
Vers l'est, le temps est incertain ; si la Montagne Haute, à droite, est au soleil, le Mont Redon, à gauche, est sous les nuages...
Gros plan sur la Montagne Haute...
...ainsi que sur le Mont Redon, et son téléski. Tout à gauche, la deuxième vierge de Courlande.
Un petit pont de bois.
Des pensées sauvages vont en quelque sorte baliser le chemin jusqu'au sommet.
Ça et là, des coprins noirs d'encre profitent d'un bon engrais pour pousser.
J'approche de la première vierge de Courlande.
Le Roc de Courlande est un peu plus près, lui aussi.
M'enfin, il ne faut pas vous mettre dans cet état, madame !
Le chemin continue en direction de la deuxième vierge ; la troisième est également visible sur la gauche.
Prenez garde aux papillons.
En me retournant, je commence à avoir une belle vue sur l'Artense.
Un carabe doré me précède.
Voici la deuxième vierge.
La vallée creusée par le ruisseau, avec le Mont Redon à l'arrière-plan.
En ligne de mire : la troisième vierge et le Roc de Courlande.
Gros plan sur le ruisseau qui s'écoule en grondant à cause des multiples cascades.
La troisieme vierge de Courlande.
Derrière le flanc du Mont Redon, un relief fait son apparition : le Puy de Chabane.
Le sommet n'a jamais été si proche, et pourtant, il est encore bien haut..
D'autres pensées sauvages.
On dirait que j'y suis presque. Plus que trois ou quatre poumons à cracher...
Maintenant, c'est le Pas de l'Âne qui apparaît au loin.
Toujours des pensées sauvages.
Et voici la première photo de famille : de gauche à droite, l'Aiguille, le Puy de Chabane avec sur son flanc un téléski, le Pas de l'Âne et le Puy de Sancy.
Belle vue sur l'Artense.
Encore quelques mètres...
Nouvelle vue sur le Puy de Chabane et ses voisins.
Voici la croix du Roc de Courlande...
...et son pied.
Vue sur l'Artense.
Vers le nord, la station Chastreix-Sancy et, au loin, la Banne d'Ordanche. Devant la Banne d'Ordanche, la silhouette aplatie de la Montagne de Bozat, boisée avec deux nuances de vert ; plus proche et sur toute la largeur du champ, la Montagne de Chambourguet, grisâtre, s'étend juste derrière la station. Tout à droite en hauteur, le Puy de Cliergue.
Gros plan sur la Banne d'Ordanche et la Montagne de Bozat.
Gros plan sur le Puy de Cliergue.
Gros plan sur le Puy de Chabane au centre, avec toujours le Pas de l'Âne et le Puy de Sancy au loin à droite.
Encore plus à droite, vers le sud-est, le Puy Gros et une petite partie du Puy de Paillaret.
Le temps devient menaçant, au-dessus de la Montagne Haute.
Petite vue en contrebas qui ne rend pas justice à la pente abrupte du Roc de Courlande au nord. Attention à ne pas s'aventurer trop près de la crête.
Le sentier redescend un peu avant de s'orienter vers le Mont Redon.
Il faut dire que circuler sur ces rochers, à ma gauche en descendant, serait plutôt impraticable...
...et d'ailleurs mon chemin débouche tout droit sur une « marche » d'environ un mètre soixante ; je vais rebrousser chemin et passer un peu plus bas...
L'extrémité est du Roc de Courlande, à contre-jour.
Pour l'instant, cap sur le Puy de Cliergue.
Mais le sentier ne tarde pas à s'incurver, afin d'aller en direction du Puy de Chabane. Toujours visible au loin, le Puy de Sancy.
Le sentier n'est plus qu'une ornière.
J'approche néammoins du téléski du Redon.
La pente s'accentue.
Derrière-moi, le Roc de Courlande commence à perdre de la hauteur. Notez comme le flanc nord, à droite, est abrupt.
Le Puy de Cliergue.
Le Puy de Chabane, le Pas de l'Âne et le Puy de Sancy.
Et ça monte, et ça monte...
Entre le Puy de Chabane et le Pas de l'Âne, apparaît le Puy Redon (à ne pas confondre avec le Mont Redon !).
Une anémone en fleur, pour changer.
Panneau indicateur des pistes de ski. J'ai vu « l'ours » et je n'ai pas eu peur.
Le bouton d'arrêt d'urgence du téléski du Redon.
Du mont Redon, j'ai une vue plus dégagée sur le Puys Gros. À sa droite, une partie du Puy de Paillaret. À gauche du Puy Gros, ces rochers hirsutes sont le Rocher des Trois Filles.
Le Puy de Sancy, et à sa droite, le Puy Ferrand dans les nuages. Tout à droite, le Rocher des Trois Filles.
Le Puy de Chabane, le Puy Redon, le Pas de l'Âne.
Ce n'est pas le moment de lâcher du lest !
Le Puy Ferrand est toujours dans les nuages.
Je descends l'autre flanc du Mont Redon, en direction du téléski de la Chambasse, qui mène au Puy de Chabane.
Tiens, des jonquilles.
Et un peu de neige, mais pour l'instant pas sur le sentier.
Ici, un couple de rochers touristes.
J'approche du téléski.
Mais il me faut continuer à monter.
Le sommet du Puy de la Chabane, à gauche ; et l'omniprésent Puy de Sancy, à droite. Mon chemin dédaignera le premier pour aller vers le deuxième.
D'autres panneaux indicateurs de pistes de ski. Je suposse que toutes celles accessibles par le téléski de la Chambasse portent des noms commençant par « CH ». Au fond, le Roc de Courlande.
La aussi, il y a du lourd.
Un chemin longe le téléski jusqu'au sommet...
...mais comme indiqué, je l'ignore pour partir en direction du Puy de Sancy.
En me retournant, je ne résiste pas au plaisir d'« encadrer » le Roc de Courlande avec les poteaux du téléski.
Je n'ai pas souvenir de ce panneau dans mon code de la route. Quel dommage qu'il aie été vandalisé...
Première neige sur le chemin, facilement contournable.
Derrière-moi, je laisse le Mont Redon et le Roc de Courlande.
Parmi la faune sur le massif du Sancy, le peu connu castor des montagnes est très rarement observé, seuls les dégâts qu'il provoque sont visibles. Il ressemblerait à s'y méprendre à un skieur maladroit.
J'arrive à un croisement de chemins.
Celui-ci se trouve sur une crête, avec un superbe panorama. Je suis au bord du Cirque de la Fontaine Salée. Face à moi, de gauche à droite : le Puy Redon, le Pas de l'Âne, le Puy de Sancy, le Puy Ferrand enfin libéré des nuages, le Rocher des Trois Filles...
...le Puy Gros, et une partie du Puy de Paillaret, et la Montagne Haute.
Gros plan, malgré le mauvais temps (je subis depuis quelques minutes déjà une averse de grêle, avec des grêlons de quelques millimètres de diamètre), sur le Puy Gros ;
sur le Rocher des Trois Filles ;
sur le Puy de Sancy et le Puy Ferrand ;
sur le Pas de l'Âne ; (admirez également, en contrebas du Puy de Sancy, quelques orgues : les Aiguilles du Diable) ;
et sur le Puy Redon.
Mon chemin est clairement visible, il va longer le Puy de Chabane pour passer le long de le Puy Redon et du Pas de l'Âne.
C'est le déluge au sommet du Puy de Sancy ; quelles seront les conditions climatiques à mon arrivée ?
À défaut de coulée de lave, admirez cette coulée verte d'arbres au fond du cirque.
Admirez également les contrastes de couleur.
Première difficulté : un névé en léger dévers sur quelques dizaines de mètres. Heureusement la neige tient bien.
Me voilà presque au col de Courre. Un chemin part vers le Puy de Cliergue en passant par la Tour Carrée, je ne l'emprunterai pas aujourd'hui.
J'ai désormais vue sur le flanc du Cirque de la Fontaine Sallée par lequel je suis arrivé, sur lequel la neige fait de la résistance.
Me voilà au col de Courre, 1709 mètres selon ma carte, 1720 selon le poteau indicateur. Un chemin permet de redescendre vers le Mont-Dore le long du val de Courre, ce ruisseau étant un des premiers affluents de la Dordogne.

L'étape suivante est d'atteindre le Pas de l'Âne ; il s'agit de la partie la plus délicate et dangereuse de la montée.
Le Puy de Sancy est donné pour 20 minutes. Ce temps est valable par temps clair, chemin sec et sans avoir à croiser ou doubler d'autres randonneurs.
Sur ma gauche, je vois désormais les bâtiments de l'arrivée du téléphérique en provenance du Mont-Dore.
Les pentes sont vertigineuses, et ce n'est encore rien...
À ce moment, j'ai eu la malchance d'avoir un accès de migraine opthalmique. Comme je commence malheureusement à en avoir l'habitude, je savais qu'elle durerait une demi-heure environ. Pendant ce temps, je ne serai pas en mesure de faire une mise au point correcte, donc je n'ai pris aucun cliché.

De toute façon, je me suis retrouvé, à partir du col de Courre, parmi un groupe de randonneurs en provenance du Val de Courre. Le chemin étant trop étroit pour que je m'offre le luxe de m'arrêter prendre des clichés sans bloquer tout le monde, je suis allé tranquillement jusqu'au sommet du Puy de Sancy, qui n'était d'ailleurs pas l'objectif de ce groupe de randonneurs qui est reparti en direction du Val d'Enfer !

Par conséquent, la suite de la narration et des clichés décrit le trajet de retour. Vous ne perdrez rien des meilleurs points de vue !

Le sommet du Puy de Sancy est occupé par une plate-forme octogonale consitutant une gigantesque table d'orientation.
Le panneau indiquant l'altitude a connu des jours meilleurs.
En direction du Pas de l'Âne (nord-ouest). Tout au fond, la Banne d'Ordanche. À droite, dans le prolongement de la palissade et des bâtiments du téléphérique, le Capucin. Au premier plan, tout à gauche, le Pas de l'Âne, et à sa droite, un relief sans nom (peut-être une partie moins effrayante du Pas de l'Âne). Derrière eux, passe la ligne de crête allant de la Tour Carrée (hors champ) au Puy de Cliergue, à peu près au centre.
À droite du Capucin, la vallée de la Dordogne avec la station du Mont-Dore, sous la pluie.
De l'autre côté de la vallée de la Dordogne, vers le nord-est, du centre à droite, le Roc de Cuzeau, le Puy des Crebasses et le Puy de Cacadogne ; cette crête masque la vallée de Chaudefour.
Gros plan sur ladite crête.
Vers le sud-est, le col de la Cabane, à droite ; il est surmonté par le Puy Ferrand, partiellement coupé. Au centre, deux reliefs jumeaux dont j'ignore le nom. Derrière, légèrement à droite, le Puy de Champgourdeix.
Le Puy Ferrand non coupé ; juste derrière lui, dépassant à peine, le Puy de la Perdrix. À droite, le sommet du Puy de Paillaret.
Sur ce gros plan sur le Puy Ferrand, le Puy de la Perdrix est un peu mieux visible, à droite du sommet.
Le Puy de Paillaret dans son intégralité, c'est un gros morceau ! Et à droite, plus proche, le Puy Gros.
Gros plan sur le Puy de Paillaret.
Vers le sud, le Puy Gros, et la Fontaine Salée s'écoulant au fond du Cirque du même nom.
Gros plan sur le sommet du Puy Gros.
Le Cirque de la Fontaine Salée. Au fond à droite, le Roc de Courlande.
Vers l'ouest, le Roc de Courland au centre, le Mont Redon devant lui, et en partant vers la droite, le Puy de Chabane, la Tour Carrée, le Puy Redon partiellement masqué par le Pas de l'Âne coupé. Au premier plan, les Aiguilles du Diable.
Gros plan sur les Aiguilles du Diable les plus basses, vues de dos.
Cette vue plongeante sur le Cirque de la Fontaine Salée devrait vous permettre d'apprécier la forte pente des flancs du Puy de Sancy.
Une partie des Aiguilles du Diable, vues de côté en redescendant vers le Pas de l'Âne.
Je redescends vers le Pas de l'Âne. Loi de Murphy oblige, le seul endroit où les marches sont en léger dévers est celui où s'accumule la neige. Avec les grêlons de l'averse qui vient de se terminer, c'est un peu trop glissant à mon goût. Derrière, au centre, le Pas de l'Âne, et à sa gauche plus loin, la Tour Carrée.
De retour au Pas de l'Âne. Avant de m'aventurer de nouveau dans le passage difficile jusqu'au col de Courre, je vais faire un détour par la bosse sans nom du Puy de l'Âne, qui surmonte l'arrivée du téléski.
Vue du sentier joignant le Pas de l'Âne au col de Courre, passant sur le flanc du Pas de l'Âne. Admirez la pente et la consolidation du sentier par des terrasses.
Les bâtiments du téléphérique, avec le Roc de Cuzeau derrière.
Au premier plan, le Capucin. Au loin, à gauche, la Banne d'Ordanche.
Le Val de Courre, au pied du Puy de Cliergue (au centre, à gauche du Capucin). Tout à gauche, sur la même crête, la Tour Carrée. À gauche également mais en devant, la crête du Puy Redon.
La même vue recentrée sur la crête du Puy Redon. À sa gauche, la Tour Carrée et le Puy de Chabane. Au loin, tout à gauche, le Roc de Courlande, si loin, si bas... Au premier plan sur la gauche, la crête docile du Puy Redon continue s'escarpe en rencontrant le Pas de l'Âne.
Et voici le sommet tourmenté du Pas de l'Âne, avec le sentier qui passe en contrebas.
Le Puy de Sancy vu depuis le nord, avec les Aiguilles du Diable et leurs orgues bien visibles.
Le Puy de Sancy, et à sa gauche, le Puy Ferrand.
Il est temps de redescendre au col de Courre. Attention à ne pas glisser en passant le long du Pas de l'Âne
Encore une vue sur les orgues des Aiguilles du Diable.
Les mêmes, avec le Puy Gros en arrière-plan.
Gros plan sur les orgues.
Moins gros plan.
Ici, un petit dyke subit les assauts de la végétation.
La Tour Carrée et le Puy de Chabane, au loin.
Le sentier longeant le Pas de l'Âne avec la Tour Carrée au fond à gauche. Au centre, à l'arrière-plan, le Puy Redon.
Gros plan sur une partie du sentier. Celui-ci est tellement étroit ou pentu par endroits qu'une rampe garde-fou s'avère nécessaire. De plus, le sentier passe au travers d'un rocher (à peu près au centre, sous la Tour Carrée).
Le Puy Gros.
De l'autre côté du sentier, une trouée offre une vue sur le bâtiment du téléphérique (et toujours le Roc de Cuzeau au fond).
Une trouée ? Que dis-je. Un à-pic.
Encore une vue du Val de Courre, et le Mont-Dore sous la pluie. Au premier plan, avant le Val de Courre, le Val d'Enfer, encore partiellement enneigé.
Un rapace est en chasse au-dessus du Puy de Cliergue.
Le sentier passant à travers un rocher (vu du côté col de Courre). Les rampes ne sont pas du luxe.
Toujours le Puy Gros.
Le Cirque de la Fontaine Salée.
Le col de Courre est tout proche.
Le Val d'Enfer.
Un petit sentier permet de monter au sommet du Puy Redon.
Le ciel se lève progressivement, ce qui permet d'apercevoir, derrière le Roc de Cuzeau, au centre, de droite à gauche, le Puy de l'Angle, le Puy Barbier, le Puy de Monne et le Puy de la Tache (à peine visible) ; je crois que le relief en forme de dôme au centre de la moitié gauche est le Puy Gros (un homonyme du Puy Gros proche du Puy de Sancy que je vous ai copieusement montré).
Le sommet est proche.
Une limace, elle aussi, a entrepris cette ascension.
Le sommet n'était qu'un leurre, le vrai sommet est un peu plus loin.
Du sommet, vue imprenable sur la Tour Carrée.
Le Val de Courre. Tout au fond, au niveau du Puy de Cliergue, la Banne d'Ordanche. Au fond à droite, le Puy Gros (même remarque d'homonymie que tout à l'heure).
Le Val de Courre, et le Val d'Enfer à sa droite, partiellement masqué par la végétation.
À gauche, les crêtes reliant le col de la Croix Morand (col de Dyane) au col de la Croix Saint Robert : Puy de la Tache (le plus bas, avec l'abri en dur au sommet formant une petite bosse), Puy de Monne, Puy Barbier, Puy de l'Angle. À droite, le Roc de Cuzeau. Entre les deux, d'autres reliefs plus lointains sont visibles au loin.
Le Roc de Cuzeau, le Puy des Crebasses, le Puy de Cacadogne. Plus bas, une cabine du téléphérique est en train de descendre vers le Mont-Dore.
Vous ne l'aviez pas vue ? Regardez, elle vient juste d'émerger de derrière le rocher à droite...
...et elle continue de descendre.
À gauche, le Puy Ferrand ; au centre, le Puy de Sancy partiellement masqué par le Pas de l'Âne ; à droite, le Puy Gros.
En contrebas, le col de Courre, et le sentier menant à la Tour Carrée, à droite. Au centre, le Puy de Chabane.
Gros plan sur le Puy de Chabane et la Tour Carrée.
Étant redescendu un peu, voici une meilleure vue du col de Courre, le sentier descendant le Val de Courre est visible.
Le Puy de Cliergue, et l'inévitable Banne d'Ordanche au loin.
La Tour Carrée.
Le Pas de l'Âne, le Puy de Sancy et ses Aiguilles du Diable, le Rocher des Trois Filles (au loin) et le Puy Gros.
Au col de Courre, un grand cairn fait pourtant de petites pierres.
Le val de Courre depuis le col.
Je repars vers le Puy de Chabane et le Mont Redon.
Les flancs du Cirque de la Fontaine Salée sont tout de même très encaissés.
Le Puy de Sancy et le Puy Gros.
Me voici de retour au croisement de tout à l'heure. La vue est tout de même plus dégagée maintenant qu'il ne pleut plus !
Le Roc de Courlande est en vue.
Quelques anémones...
...parmi tant.
Vue de profil.
Direction, le Mont Redon.
Une vue un peu moins voilée de la Banne d'Ordanche.
Dernier regard au Puy de Sancy avant qu'il ne disparaisse sous l'horizon.
Le Mont Redon passé, c'est la descente vers le Roc de Courlande.
Encore un coprin noir d'encre.
Un rapace en pleine surveillance.
Cela ne semble pas effrayer ce carabe doré. Peut-être est-ce le même qu'à l'aller...
Dernière ascension, jusqu'à la base du Roc de Courlande.
Et me voilà de retour à mon point de départ.