La cascade de la Terrisse
miod > cascades > la cascade de la Terrisse
La cascade de la Terrisse est la première cascade se présentant sur le cours de la Sianne. Elle se trouve, comme son nom l'indique, à proximité du hameau de la Terrisse, lui-même à proximité de Vèze, au sud du Cézallier et au nord du Cantal.

Le chemin le plus court pour rejoindre la cascade part de la route reliant la Terrisse à la D209, route de Vèze à Anzat-le-Luguet. Dans ce cas, il n'y a presque pas de dénivellée, mais la route est étroite et il n'est pas possible de stationner à proximité du chemin.

En revanche, sur la D209, au départ de la route vers la Terrisse, juste avant le pont sur la Sianne lorsqu'on vient de Vèze, il y a un large espace dégagé à droite permettant de stationner en toute sécurité. Le chemin part le long de la Sianne mais doit s'élever d'une centaine de mètres avant de rejoindre le chemin mentionné précédemment.

En cliquant sur chacune des images dans la narration ci-dessous, vous aurez accès à la même image, en haute résolution (25 fois plus grande).

Le pont sur la Sianne est facile à trouver en venant de Vèze ; au cas où un doute subsisterait, cette grande croix est visible d'assez loin en arrivant.
En bordure du pont sur la Sianne, les deux chemins vers la cascade sont indiqués : suivre la route pour le chemin facile, ou partir tout droit dans le sous-bois (à gauche du panneau) pour le chemin un peu plus ardu.
Le chemin est balisé par des petites flèches rouges en bois, mais ne présente aucune ambigüité. Une fois rejoint le chemin facile, la signalisation passe au vert, puisque celui-ci fait parti d'un chemin de petite randonnée au départ de Vèze faisant un circuit passant par la cascade.
Le chemin se rétrécit et finit par longer le relief fortement pentu des rives de la Sianne, avec le grondement de la rivière en fond sonore. Arrivé assez près de la cascade, celle-ci se dévoile enfin, au loin...
...mais avant de la rejoindre, il va plutôt falloir concentrer mon regard sur le sol, car le sentier est étroit, devient progressivement empierré, et comme ce matin, la température est encore négative, il est verglacé un peu partout...
Plus que quelques cailloux à descendre pour arriver au pied de la cascade.
La cascade, avant de franchir la passerelle.
L'écoulement de la Sianne en aval de la passerelle.
Et me voici enfin au pied de la cascade et lui faisant face.
La cascade, prise du même endroit, mais en portrait, pour être peut-être un peu plus impressionnante.
Gros plan sur les sculptures de glace au sommet de la cascade.
La cascade. Les pierres sont couvertes d'une fine couche de glace, pas toujours très visible, tout comme la végétation entre celles-ci ; je progresse avec prudence.
Je suis en fait sur une petite île contournée par la Sianne ; cette autre passerelle en bois permet de continuer le circuit. Admirez la glace sur les pierres ainsi que sur les cinq premières traverses de bois, glissantes à souhait. Je traverserai finalement à gué, sur la gauche de la photo.
Une fois sur l'autre rive de la Sianne, je peux me rapprocher un peu de la cascade.
Je fais face aux orgues voisines de la cascade. Plus on s'éloigne de l'eau, plus elles sont claires...
La cascade, presque de profil.
Sur une pierre voisine, ce tapis de feuilles ne craint pas le vent, figé qu'il est dans le gel...
...quant à cette stalactite, ne s'agit-il pas d'une main de glace aux ongles longs et pointus ?
Je rebrousse chemin. Nouvelle vue de la cascade depuis l'île entre les deux passerelles.
Le chemin du circuit continue sur l'autre rive et traverse ce chaos rocheux, mais je ne l'emprunterai pas aujourd'hui.