Les cartes routières, témoins de leur temps
miod > cartes > Michelin
Note : il vous est possible d'obtenir une image en plus haute résolution (2 ou 4 fois plus grande) en cliquant sur chacune des images de cette page. Les cartes ont été numérisées à une résolution de 300 points par pouce.

Des cartes, des cartes... oui mais des cartes Michelin !

Je dispose d'une petite collection d'une centaine de cartes routières Michelin (sans doute même plus). Il s'agit de cartes dites « départementales » au deux-cent-millième (1/200000, 1 cm sur la carte correspondant à 2 km réels) faisant partie d'une série de cartes couvrant la France métropolitaine et la Corse, numérotées de 51 à 86 pour la France métropolitaine et 90 pour la Corse.

Tout d'abord en couverture orange à liséré bleu, le fond orange devient jaune au début des années 1950, et le liséré disparaît en 1955. Ci-dessous, la couverture de la carte numéro 76, éditions 1935 et 1960.

La troisième page de couverture de la carte numéro 82, édition 1987/88, rappelle l'évolution des couvertures des cartes.

À cette série se sont ajoutées des cartes dites « régionales », à la même échelle mais deux fois plus grandes, à partir des années 1980, numérotées de 230 à 245.

La publication des cartes « départementales » et « régionales » à cette échelle a cessé au début des années 2000, au profit de nouvelles cartes régionales plus vastes mais moins détaillées, au quatre-cent-millième, et de cartes « locales » plastifiées, plus lourdes et du coup bien plus désagréables à manier... mais indéchirables !

Ma collection de cartes départementales est incomplète (il me manque les cartes numéros 52 à 55 et 79), mais couvre plus des deux tiers de la France, sur une période allant du milieu des années 1930 au début des années 1980. Pendant ces cinquante ans, le territoire métropolitain a subi les dégâts d'une guerre mondiale, puis la reconstruction des infrastructures de communication, la construction des autoroutes, les trente glorieuses, et de nombreux projets d'aménagement du territoire, pas tous menés à terme.

L'étude des cartes anciennes, et tout simplement la comparaison entre deux cartes représentant le même territoire à quelques années d'intervalle, peut nous apprendre beaucoup sur l'évolution du pays. De plus, il y a un côté ludique, puisqu'il s'agit en quelque sorte du « jeu des sept erreurs », à bien plus vaste échelle !
Suite : les fonds de carte